RMC
Exclusivité

"Une partie de nous se détache": les fidèles de la paroisse du prêtre accusé de viol sous le choc

TEMOIGNAGES RMC. Un prêtre de 52 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire pour viol aggravé sur un garçon de 15 ans, dimanche. Ce curé de la paroisse Saint-Louis-Marie en Brocéliande, en Ille-et-Vilaine était apprécie des fidèles. Pour eux, c'est l'incompréhension et la sidération.

Après l'annonce de la mise en examen pour viol aggravé d'un prêtre de la paroisse Saint-Louis-Marie en Brocéliande, en Ille-et-Vilaine, les fidèles accusent le coup. L'homme de 52 ans aurait drogué puis violé un adolescent de 15 ans, à Paris, dans la nuit du 3 au 4 novembre. S'il nie les accusations de viol et dit ne pas avoir eu connaissance de l'âge du jeune homme, il a reconnu la prise de drogue.

Les paroissiens qu'il côtoyait régulièrement ne comprennent pas.

"Je n’arrive pas à dire les mots car pour moi c’était une personne bien, je suis choquée et blessée alors que j’avais entièrement confiance en lui", déplore Marie.

Il mentait aux fidèles et au diocèse

C'est le père Yannick P. qui a baptisé ses deux enfants. "C’était une personne bienveillante et qui était là pour nous quand on avait besoin de parler. On ne comprend pas, en fait, pourquoi il a fait ça", ajoute-t-elle.

Le curé disait d'ailleurs aux paroissiens et au diocèse aller régulièrement à Paris pour se faire soigner d'un cancer, ce qui était faux. En garde à vue, il a reconnu multiplier les rapports homosexuels non protégés, se sachant pourtant séropositif et sous traitement.

L'homme a non seulement été mis en examen pour viol aggravé par l'administration d'une substance nuisible à l'insu de la victime, mais aussi pour provocation de mineur à l'usage de stupéfiants, mise en danger de la vie d'autrui et usage illicite de produits stupéfiants.

"On lui a donné notre respect"

Toutes ces informations révélées sont un coup dur pour Mathieu, l'époux de Marie, qui avait trouvé la foi grâce à ce prêtre.

"Pour moi c’était vraiment avec ce prêtre là, avec le père Yannick et c’est vrai que je suis vraiment attristé. On lui a donné notre respect, on a communiqué, on a échangé des mots personnels. Il y a une partie de nous qui se détache, on se dit que si j’avais été plus jeune, ça aurait pu m’arriver et je suis déçu", affirme-t-il.

Le couple a une pensée particulière pour la victime, tout comme Mgr Pierre d’Ornellas archevêque de Rennes. "Je veux avant tout assurer la personne victime de ma compassion et de mon entier soutien", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Un procédure canonique pourrait être lancée

Il a indiqué se rendre dans la paroisse où officiait le prêtre ce week-end. "Je devine combien nombre d’hommes et de femmes peuvent être scandalisés par cette information. Je le comprends et assure chacun de ma détermination à agir."

L'archevêque a annoncé avoir signalé cette mise en examen à Rome, auprès "du Dicastère pour la Doctrine de la Foi afin de lancer en parallèle une procédure canonique". Cette procédure permet à l'Église de prendre des mesures et des sanctions pouvant aller jusqu'au renvoi de l'état clérical.

Matthieu Limongi avec la rédaction