RMC

Qui sont les 10.000 prostituées mineures que le gouvernement veut aider avec un plan d'action?

Le phénomène touche surtout des jeunes filles, âgées de 15 à 17 ans, qui y entrent de plus en plus tôt, entre 14 et 15 ans pour la moitié d'entre elles, selon un rapport remis en juillet dernier. Elles seraient entre 7.000 et 10.000 en France.

Le gouvernement présente aujourd'hui un plan interministériel de lutte contre la prostitution des mineures, plan qui sera déployé en 2021 et 2022. Au programme, 14 millions d'euros doivent être investis pour lutter contre le phénomène.

Mais alors qui sont ces presque 10.000 prostituées mineures en France qui ont entre 15 et 17 ans? Et bien il n'y a pas vraiment de profil type mais plusieurs cas reviennent régulièrement. Certaines sont victimes de harcèlement à l'école, elles perdent l'estime d'elle-même et peuvent tomber dans la prostitution. D'autres sont fugueuses, confrontés à la violence, a l'inceste dans leur famille. Elles trouvent refuge dans des foyers et sont repérées par des proxénètes.

Il y a aussi celles qui tombent amoureuses d'un garçon, à peine plus âgé qu'elles qui les prostitue. Et puis certaines le font tout simplement pour l'argent rapide, un jeu sordide dans lequel elles se lancent bien souvent entre copines.

"Sensibiliser, informer, mieux connaître et réprimer plus efficacement"

Leur point commun de toutes ces jeunes adolescentes, c'est qu'elles ne prennent pas conscience de la spirale dans laquelle elles tombent. Elles se définissent comme des professionnelles du sexe : des 'michtonneuses', des 'escorts'. Le terme prostitué n'est jamais utilisé, trop connoté, trop grave: c'est réservé aux adultes. Elles ont des contrats, des entretiens d'embauche, l'illusion d'être des adolescentes libres mais en réalité ce sont souvent des jeunes filles enchaînées à un proxénète et marquée à jamais.

Le plan du gouvernement compte quatre axes: "sensibiliser, informer et mieux connaître" le phénomène, "renforcer le repérage à tous les niveaux" des jeunes impliqués, "accompagner les mineurs en situation de prostitution" et "poursuivre et réprimer plus efficacement" clients et proxénètes. Ce plan prévoit plus de prévention les collèges et lycées, plus de formation et de sensibilisation aux policiers lors des dépôts de plainte, et une campagne nationale de prévention à destination du grand public.

>> A LIRE AUSSI - Soupçons d'emplois fictifs: le couple Fillon de retour en appel devant la justice

Romain Poisot (avec Guillaume Dussourt)