RMC

Réforme des retraites: une journée d'action globalement dans le calme, 38 interpellations à Paris

Si la journée de mobilisation s'est déroulée globalement dans le calme, quelques violences ont été notées à Paris, Lyon et Rennes amenant à des interpellations.

Quelques heurts, quelques tensions mais principalement une journée de calme. Les manifestations contre la réforme des retraites portée par Elisabeth Borne et Emmanuel Macron ont vu une forte mobilisation, le plus souvent dans "la bonne humeur et la détermination", comme ont pu le constater les journalistes de RMC présents sur le terrain.

Deux millions de personnes ont manifesté dont environ 400.000 à Paris, selon la CGT, tandis que le ministère de l'Intérieur comptabilisait 1,12 million de manifestants, dont 80.000 dans la capitale.

17 interpellations à Lyon

Mais à Paris, comme à Lyon ou Rennes, plusieurs dégradations et tensions se sont déroulées en marge de la manifestation. À Lyon, les forces de l’ordre ont été visées par des jets de projectiles. 17 personnes ont été interpellées, selon la préfecture.

À Paris, dès le début de la manifestation, la préfecture de police avait indiqué avoir détecté "des éléments à risque" dans le cortège. Au milieu de l'après-midi, quelques centaines de black blocks, casques, cagoules, vêtements noirs, ont pris la tête du cortège, sur le boulevard Baumarchais, en approche de la place de la Bastille, dégradant une agence Matmut, détruisant plusieurs abris-bus et visant les policiers avec des poubelles, bouteilles, fumigènes.

>>> Suivez RMC sur Google pour retrouver les dernières actualités

Des dégradations à l'arrivée de la manifestation parisienne

Le cortège a été un temps scindé pour permettre l'interpellation de ces personnes violentes . Quelques dégradations ont aussi eu lieu à l'arrivée du cortège sur la place de la Nation, avec des tags et des abris-bus détruits.

Le bilan de la préfecture de police à 20 heures faisait état de 38 interpellations notamment pour port d'arme prohibé, outrage et rébellion, jets de projectiles et dégradations. La préfecture de police avait mis en place 39 unités de forces mobiles soit 3.500 policier et gendarmes en marge de cette manifestation.

MM avec GB