RMC

Rennes: des affrontements dans le centre-ville, quatre personnes interpellées

Quatre personnes, entre 15 et 20 ans, ont été interpellées dans le centre-ville de Rennes, ce jeudi soir, lors d'une manifestation non-déclarée, organisée à l'appel de l'ultra-gauche. Des dégradations ont été remarquées après le passage des manifestants.

Des affrontements ont éclaté jeudi soir, place Sainte-Anne dans le centre de Rennes, lors d'une manifestation non déclarée, organisée à l'appel de l'ultra-gauche, aboutissant à quatre arrestations. "200 manifestants environ étaient présents dans le centre de Rennes, il y a eu quatre interpellations, des dégradations et une barricade dressée. Le préfet condamne ces violences", a indiqué la préfecture d'Ille-et-Vilaine.

Les quatre jeunes hommes interpellés, nés en 2002, 2003, 2004 et 2007, avaient été placés en garde à vue "pour des faits notamment de violences avec arme sur personnes dépositaires de l'autorité publique et participation à un attroupement armé", a précisé Philippe Astruc, le procureur de la République à Rennes.

"Trois policiers ont été légèrement blessés dans les affrontements qui font suite à la volonté des policiers de mettre fin à un tapage au square Ligot (dans le centre-ville) à Rennes après avoir été sollicités vers 22h30 par des riverains", a-t-il ajouté.

"Des violences insupportables" pour la maire de Rennes

La maire PS de Rennes, Nathalie Appéré, a également condamné, "les violences insupportables et les dégradations commises par un groupe de casseurs cette nuit dans le centre-ville de Rennes" et a adressé son "soutien aux trois agents de police qui ont été blessés au cours de cette intervention".

De source policière, des manifestants, dont une cinquantaine tout de noir vêtu, ont lancé des projectiles sur les forces de l'ordre qui ont répliqué en utilisant des grenades lacrymogènes. Une dizaine de tirs tendus de fusées de feu d'artifice et de mortiers ont visé les policiers. Un immense feu a été allumé au milieu de la place par les manifestants, rejoints par des fêtards, avec des flammes de plusieurs mètres de haut.

Après plusieurs dispersions et tentatives de recréer feux et barricades, la situation est retournée au calme vers 1h du matin. Vendredi matin, des traces de brasier étaient encore visibles sur cette place tout comme sur la place de la mairie, ainsi que des tags hostiles à la police ou appelant à la violence.

MM avec AFP