RMC

Tir mortel d'un policier à Sevran: "C'est ce qu'on appelle une bavure policière", juge l'avocat de la famille de la victime

Une semaine après la mort d'un homme à Sevran, la famille a décidé de déposer plainte pour meurtre. Le policier qui a tiré affirme que son geste était accidentel, mais selon l'avocat de la famille cela ressemble plutôt à une "bavure policière".

Après la mort de Jean-Paul, tué par un tir de policier lors d'une interpellation samedi dernier à Sevran (Seine-Saint-Denis), ses parents et son épouse ont décidé d'engager des poursuites. Leurs avocats ont annoncé avoir déposé auprès du parquet de Bobigny jeudi, une plainte avec constitution de partie civile pour meurtre. Mardi, une première plainte avait été déposée à l'IGPN, qui mène désormais l'enquête.

Lors d’auditions réalisées en garde à vue et révélées par Libération jeudi, le policier s’est défendu en expliquant que son tir n’était pas volontaire. Selon lui, le coup de feu aurait eu lieu lors d’un mouvement de recul au démarrage de la camionnette conduite par la victime du tir.

Une marche blanche organisée samedi

Pour Me Pierre-Henry Honegger, l'un des avocats de la famille de la victime, cette affaire revêt tous les caractères de la bavure policière:

“Une plainte a été déposée directement dans les mains du procureur de la République et on a qualifié en meurtre. C'est très probablement ce qu'on appelle une bavure policière : il y avait des caméras de vidéosurveillance et, semble-t-il, elles ne permettraient pas de venir évoquer une légitime défense des policiers. On a un garçon qui est décédé pour rien, parce qu'un policier a décidé d'ouvrir le feu pour rien sur lui et de le tuer. On se retrouve face à une situation dramatique et c'est terrifiant”, explique-t-il.

Le policier mis en cause a été placé en garde à vue mercredi pour violences volontaires. Jeudi, en fin de journée, il y était toujours pour être interrogé. Une marche en l'honneur de Jean-Paul est prévue ce samedi à 11h à Aulnay-sous-Bois.

La rédaction de RMC