RMC

Un Français sur dix victime d'inceste: la parole est-elle en train de se libérer dans les familles?

Près de 10% de la population dit avoir été victime d'inceste. Les associations attendent un plan ambitieux pour faire face.

6,7 millions de Français déclarent être victimes d’inceste, soit 10 % de la population. C'est le chiffre choc que révèle l'association Face à l'inceste ce matin. Le dernier chiffre datait de 2015. À l'époque, 4 millions de français se déclaraient victimes. 

Pour les victimes d'inceste, il est urgent que les politiques prennent enfin ce sujet à bras le corps. C'est à l'âge de 6 ans que Randal Do a été abusée sexuellement par son père. Sa sœur est aussi victime. Des faits qu'elle a oublié pendant plus de 20 ans. 

“Quand ma sœur a pu parler à ma mère, elle a été tellement violemment accueillie. Quand j’ai entendu ça, je me suis dit moi jamais je le dirai à un adulte. Donc oui ça a des répercussions sur la vie très graves”, indique-t-elle.

Une société "déséquilibrée"

Bénévole à l'association "Face à l'inceste" elle se bat tout comme la présidente Isabelle Aubry pour changer la loi sur le consentement. Aujourd’hui, la justice exige que l'enfant prouve qu'il n'était pas consentant au moment de l'inceste. "Moi le juge d’instruction m’a demandé si j’étais consentante aux relations sexuelles que mon père m’a imposées. Et ça, c’est insoutenable dans notre société”, appuie-t-elle. 

Et au-delà de la loi, l'association réclame un véritable plan dédié à la lutte contre l'inceste. Un acte fort qu'elle attend depuis déjà 20 ans. 

“On demande une volonté politique. On demande à ce que le secrétariat d’Etat en charge de la protection de l’enfance ait de l’argent. Une société qui ne prend pas en compte l’inceste, qui ne s’en occupe pas, c’est une société déséquilibrée”, assure-t-elle.

En premier lieu, l'association souhaite que les professionnels de santé soient mieux formés à ce sujet. 

Cyprien Pezeril et Mahauld Becker-Granier avec Guillaume Descours