RMC

Violences conjugales: "Deux ans après, je n'en suis pas remise, je ne peux plus avoir une autre vie"

Mardi dans Bourdin Direct, Nathalie a tenu à apporter son témoignage. Jusqu'à il y a deux ans, elle subissait la violence physique et psychologique de son compagnon.

En 2017, 130 femmes ont été tuées par leur mari ou ancien mari, soit une tous les trois jours. Et chaque année, en France, près de 220.000 femmes subissent des violences de la part de leur conjoint ou ex-conjoint.

Nathalie a fait partie de ces tristes statistiques. Pendant des années, elle a subi les violences de son compagnon. Au-delà de la violence physique, elle estime que la violence psychologique doit être davantage prise en compte:

"J'avais 50 ans quand ça a commencé. La violence psychologique fait beaucoup de dégâts. J'ai été victime des deux types de violences. La violence psychologique, c'est quand on vous réveille en pleine nuit, qu'on vous viole, qu'on vous arrache les draps pour ne pas que vous dormiez. Ça fait deux ans que j'ai réussi à m'en sortir grâce à une assistante sociale".

"Je suis allée plusieurs fois voir la police"

Elle déplore une mauvaise prise en charge: "Je suis allée plusieurs fois voir la police et on ne me prenait pas au sérieux. Vous êtes victime et vous êtes presque considérée comme coupable. J'ai fini par tomber sur une policière un peu plus empathique que les autres qui a aussi pris en compte la violence psychologique. J'ai dû aller voir la police quatre fois, j'avais des côtes cassées".

Son compagnon avait fait un stage de sensibilisation aux violences conjugales qui "n'a servi à rien". Aucune mesure d'éloignement n'a été prise. Après la séparation, son compagnon la harcèle encore pendant un an.

Aujourd'hui, Nathalie en est sortie mais garde des séquelles: "Je n'en suis pas remise, je ne peux plus avoir une autre vie maintenant".

Paulina Benavente