RMC

Accord de la gauche: "Chaque député conservera sa liberté de vote" assure Manuel Bompard

Les députés des différentes formations de gauche qui composeront le groupe "Nupes" à l'Assemblée nationale, conserveront leur liberté de vote, a assuré ce vendredi sur RMC Manuel Bompard, eurodéputé Insoumis, l'un des architectes de l'accord avec le PS.

Les socialistes rejoignent Nupes, la Nouvelle union populaire écologique et sociale. Réuni en conseil national, le parlement du Parti socialiste a adopté l'accord avec la France insoumise en vue des élections législatives. Désormais, EE-LV, PCF, LFI et PS vont faire front commun.

"On se rassemble autour de contenus programmatiques, qui ont été portés par le PS avant", se réjouit ce vendredi sur le plateau des "Grandes Gueules", Manuel Bompard, eurodéputé insoumis et l'un des architectes de l'accord. "Le PS a tourné le dos au bilan de François Hollande et a essayé de se réinscrire dans l'histoire qui était la sienne préalablement", assure-t-il rappelant que la retraite à 60 ans, portée par les Insoumis, a été mise en place "il y a longtemps", par des socialistes.

Il y aura désormais un candidat Nupes dans chaque circonscription, parfois représenté par un socialiste historique. Les candidats PS auront cette fois seulement 70 circonscriptions. Suffisant pour convaincre les électeurs et effacer les dissensions entre les diverses formations de gauche? c'est en tout cas ce que croit Manuel Bompard: "Plus de 90% des sympathisants de gauche sont d’accord avec la démarche. Ce n’est pas l’étiquette du candidat qui m’importe, c’est ce qu’il porte". Et les différents mouvements se sont visiblement mis d'accord:

"On s’est mis d’accord sur la retraite à 60 ans, le blocage des prix, sur les prix de première nécessité, la planification écologique et la VIe République. Ce n'est pas tout notre programme mais il est clair que le recrutement se fait autour du programme qui a été porté par Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle", concède-t-il.

"On est d'accord sur l'essentiel, c'est une bonne nouvelle"

Objectif, "être majoritaire" à l'Assemblée nationale: " L’objectif, ce n’est pas d’aller constituer le premier groupe d’opposition, l’objectif c’est d’être majoritaire. Le bloc que l'on a constitué est sondé autour de 35-36%. En 2017, Emmanuel Macron avec 33% avait la majorité à l'Assemblée nationale. C'est ça notre objectif, gagner, appliquer notre programme, changer la vie des gens dans quelques semaines", plaide Manuel Bompard.

Alors quid des dissensions notamment sur le nucléaire alors que les Insoumis plaident pour une sortie avant 2040 contrairement aux Communistes qui veulent continuer l'exploitation de la filière? "Je ne conteste pas ces éléments de divergences, on va les travailler. Mais chaque élu conservera sa liberté de vote. Avant il n'y avait pas d'union on nous reprochait de ne pas se mettre d'accord, maintenant on est d'accord sur l'essentiel, c'est une bonne nouvelle", juge l'eurodéputé.

Et Manuel Bompard l'assure, l'accord n'est en rien une revanche de Jean-Luc Mélenchon sur le Parti socialiste, son ancienne formation qu'il a quitté en 2008: "L’objectif ce n’est pas de liquider le PS c’est de se regrouper. LA question c’est de savoir si Jean-Luc Mélenchon peut être Premier ministre".

"Si le PS n'avait pas décidé de signer cet accord, il aurait présenté des candidats dans 577 circonscriptions et aurait gagné plus d'argent. Je salue le choix stratégique courageux d'Olivier Faure. C'est un choix lucide et de sincérité", salue d'ailleurs Manuel Bompard.

Guillaume Dussourt