RMC

Affaire des assistants parlementaires européens: Sophie Montel se défend d'avoir fait "de la délation"

L'eurodéputée FN Sophie Montel, s'est défendue ce jeudi dans les Grandes Gueules d'avoir fait de la délation en signalant Jean-Luc Mélenchon à la justice, sur des soupçons d'emplois fictifs d'assistants parlementaires européens.

C'est elle qui a mise en cause Jean-Luc Mélenchon dans l'affaire des assistants parlementaires rémunéré avec l'argent de l'Europe mais qui travaillaient en réalité pour son mouvement, à l'époque le Parti de gauche, à Paris. L'eurodéputée Front national Sophie Montel, invitée ce jeudi des Grandes Gueules, a justifié son signalement auprès du parquet de l'ancien candidat à la présidentielle et d'une vingtaine d'autres personnalités politiques.

"On nous a jeté à la vindicte"

"Pendant la campagne présidentielle, on nous a jeté à la vindicte populaire en expliquant que les députés du Front national au Parlement européen avait des assistants parlementaires – comble de l'horreur – qui figurait aussi dans l'organigramme du Front national. Je suis parti de ce postulat, explique-t-elle. J'ai été dénoncée par M. Schulz (président du Parlement européen de janvier 2012 à janvier 2017), qui a lancé une procédure auprès du parquet me concernant. C'est exactement la même chose, c'est le même traitement pour tout le monde".

"Quand on est élu, si l'on suppose qu'il peut y avoir un délit, on le dénonce!", poursuit-elle, ce qui ne l'empêche pas, paradoxalement, de dire qu'il n'y a rien d'illégal là-dedans. "Nous considérons qu'il n'y a rien d'illégal dans le fait d'avoir un assistant parlementaire qui, par ailleurs, milite dans votre parti. Rien ne l'interdit dans le droit français".

"Qu'est-ce qui est jaune et qui signale? C'est Montel!"

Sophie Montel a voulu, par sa démarche, démontrer le deux poids - deux mesures qui, selon elle, frappe le parti de Marine Le Pen. "Quand il s'agit du Front National on nous tombe dessus en disant que ce n'est pas bien, que l'on viole la loi, et quand ce sont les autres qui font exactement la même chose, on dit que c'est tout à fait normal".

"Ce n'est pas de la vengeance, ni de la délation. Quand il s'agit de M. Schulz, on parle de signalement, mais quand il s'agit de Sophie Montel on parle alors de délation. Qu'est-ce qui est jaune et qui signale? C'est Sophie Montel", ironise-t-elle.

P. G. avec les GG