RMC

Blocage des transferts vers l'étranger: Arnaud Montebourg perd le soutien de sa section jeunes

-

- - -

Le journal du Off - Comme chaque matin sur RMC, toutes les infos, les indiscrétions et coulisses à 5 mois du premier tour de la Présidentielle.

Les Jeunes avec Montebourg qui revendiquent 150 membres actifs et environ 2000 soutiens jettent l'éponge. Choqués par ses propos sur le blocage des transferts d'argent privé vers les pays qui refuseraient de rapatrier leurs ressortissants visés par une mesure d'expulsion en France. Des jeunes choqués au point de lâcher leur candidats. Ils l'ont fait savoir hier soir dans un communiqué avant de désactiver leur compte Twitter. "Les jeunes pour Montebourg se mettent en retrait de la campagne d'Arnaud Montebourg", précise le communiqué. "Cette proposition heurte fondamentalement nos valeurs", écrivent-ils avant de conclure: "on ne se reportera sur aucun autre candidat". Mais les soutiens d'Anne Hidalgo leur font déjà des appels du pied.

-
- © -

Le "chiant" débat des LR

Lundi soir, c'était l'heure du premier débat des candidats de la droite sur LCI.
Et devinez quel est l'adjectif qui est le plus revenu pour qualifier ce débat dans les équipes des 5 candidats? C'est l'adjectif "chiant". "Je trouve ça chiant", confiait dans la foulée un soutien de Valérie Pécresse. "Quatre débats comme ça, on va pas tenir c'est trop!".

Il faut dire que les candidats ont largement débordé sur le temps qui leur était imparti pour débattre... Plus de 3h de discussions au lieu des 2 prévues à la base. "C'est chiant comme prévu", ironisait l'entourage de Xavier Bertrand. Les réponses sont trop longues, on s'ennuie!

Et chaque équipe s'attribue la victoire

Chaque équipe a gagné, à commencer par les proches d'Eric Ciotti, les plus loquaces à l'issue du débat. "J'ai trouvé mon candidat au dessus de la mêlé, il connait ses dossiers, il va créer la surprise", prédit l'un de ses porte-paroles pour qui les sondages ne veulent rien dire. Valérie Pécresse est jugée plus incisive par ses proches..

Philippe Juvin a pris de la hauteur lundi soir, selon son directeur de campagne. Les proches de Michel Barnier considèrent eux que le débat s'est organisé autour de l'ancien commissaire européen et de sa proposition notamment de moratoire sur l'immigration.

La bataille se jouaient aussi hier soir sur les réseaux sociaux. Et là il n'y a pas photo, c'est Xavier Bertrand qui l'emporte. Il faut dire que son équipe avait tout prévu à l'avance. Des tweets pré-écrits qui ont inondé les réseaux sociaux, des slides avec ses propositions que ses soutiens étaient invités à poster pendant le débat avec un hashtag, #JeVoteBertrand.

Eric Zemmour va t'il venir perturber le processus de désignation du candidat de la droite?

C’est LA crainte du moment chez Les Républicains. Et si le polémiste se déclarait candidat avant le 4 décembre. "Ce serait assez malin de sa part", admet un proche de Xavier Bertrand. "Mais ça perturberait notre séquence, il le sait". Une chose parait acquise pour les Républicains… Eric Zemmour se déclarera avant Noël. Histoire de faire partie des conversations à table le soir du réveillon.

L’ancien président brésilien Lula à Paris la semaine prochaine

Et les candidats de gauche se l’arrachent. Jean-Luc Mélenchon va rencontrer Lula mercredi de la semaine prochaine. Les deux hommes se connaissent bien. Le leader de la France Insoumise lui a notamment rendu visite quand il était en prison en 2019. Et visiblement, en tout cas c’est ce que nous dit son équipe de campagne.. C’est Lula qui a demandé à voir Jean Luc Mélenchon cette fois-ci.

Et selon nos informations, Anne Hidalgo va aussi rencontrer l'ancien président du Brésil. Une rencontre en tant que maire de Paris, pas de candidate assure ses proches. Lula connait également bien Anne Hidalgo puisqu’elle avait milité pour sa libération. On ne connait ni la date ni les conditions de cette rencontre parisienne. Mystère pour l’instant.

>> A LIRE AUSSI - Pouvoir d'achat: le 10 du mois, il reste 55 euros en moyenne pour la moitié des Français

Pierrick Bonno (avec G.D.)