RMC

Ces députés-maires qui délaissent l'Assemblée pour leur ville: "le maire est plus respecté que le député"

Vue de l'hémicycle de l'Assemblée nationale.

Vue de l'hémicycle de l'Assemblée nationale. - Joël Saget - AFP

Contraint par la loi sur le non-cumul des mandats, l'ancien président de l'UMP et candidat à la primaire de la droite et du centre, Jean-François Copé, a annoncé ce mardi dans Le Figaro qu'il renonçait à un nouveau mandat de député pour se consacrer à sa ville de Meaux (Seine-et-Marne). Comme lui, le député-maire (Les Républicains) du Havre, Edouard Philippe, renonce à l'Assemblée pour garder son mandat de maire. Il explique son choix sur RMC.fr.

Edouard Philippe est député Les Républicains de la 7e circonscription de Seine-Maritime depuis 2012, et maire du Havre depuis 2010. Contraint au non-cumul des mandats, qui concerne pour la première fois les prochaines législatives de juin, il a choisi de ne pas se présenter à un nouveau mandat de député. Comme lui, 235 députés et 160 sénateurs vont devoir faire un choix entre leur mandat local et celui de député.

"Député, c'est un mandat très honorable. Participer à l'élaboration de la loi, contrôler le gouvernement, voter ou ne pas voter les lois… c'est passionnant. Cela dit, je préfère être maire. Si j'avais pu continuer à faire les deux je l'aurais fait, évidemment. Mais puisqu'il faut choisir, je choisis le mandat de maire. Parce que je le trouve plus adapté à ce que j'aime: on y prend plus de décisions, on est plus en relation avec ses concitoyens… Et puis si l'impact des décisions est moins 'national', il est beaucoup plus concret. Il n'y a pas photo à mes yeux entre l'intérêt d'administrer une ville, essayer de faire en sorte qu'elle se transforme au fil des ans et celui d'élaborer la loi ou de participer à une majorité ou à une opposition nationale.

"Un impact beaucoup plus concret"

Les maires ont, quelle que soit la taille de leur ville, un rapport différent à l'action publique. Ils ont souvent du temps puisqu'ils sont élus pour 6 ans. Ils sont les vrais patrons de leur ville ce qui leur offre de vraies marges de manœuvre, leur permettant de faire de vrais choix qu'ils peuvent assumer. Il y a finalement peu de mandats où on peut être autant en prise avec les choses. Un maire incarne sa ville. Et si la population peut être pessimiste sur l'évolution des choses ces dernières années au niveau national, il n'en est rien pour les villes. On le voit avec Bordeaux, Paris, Lyon, Nice, Lille ou Le Havre… toutes ces villes se sont radicalement transformées dans le sens du mieux. On a le sentiment d'une action publique qui réussit au niveau municipal.

C'est vrai aussi que le maire est plus respecté que le député. Mais ce n'est pas l'espèce d'anti-parlementarisme ambiant qui a influé sur mon choix, ni le résultat de la primaire, ni la perspective de la présidentielle… C'est vraiment le fait qu'il y a un mandat qui est plus passionnant et plus adapté à ce que je sais faire et à ce que j'aime faire. Je pense que je suis un meilleur maire que je ne suis député.

"Je suis meilleur maire que député"

Je regrette cette loi du non-cumul des mandats. Si vous demandez aux gens s'ils sont contre le cumul des mandats, ils répondent oui. Mais si vous demandez aux habitants d'une ville s'il trouve utile que leur maire soit aussi député ou sénateur, ils répondront également oui. Je suis convaincu que le fait que les parlementaires puissent être maires est plutôt valorisé. Pendant les législatives en 2012, mon opposant socialiste a fait campagne en soulignant que j'allais cumuler les mandats de maires et de députés, et pourtant les électeurs m'ont élu. Comme n'importe quel Français, je vais appliquer la loi même si je pense qu'elle n'est pas adaptée à la situation."

Encore "cumulard"

S'il se voit contraint de ne pas se représenter aux législatives, Edouard Philippe va pouvoir toutefois rester président de la Communauté de l'Agglomération Havraise, un établissement public de coopération intercommunale qui n'entre pas en compte dans la loi sur le non-cumul des mandats.

Propos recueillis par Philippe Gril