RMC

David Rachline (FN) : "Notre objectif à venir ? Prouver que nous sommes des gens sérieux"

Au lendemain du second tour des régionales, le sénateur-maire FN de Fréjus a dénoncé sur RMC des "élections malhonnêtes", et reconnu que le parti de Marine Le Pen devait travailler à une dédiabolisation.

Malgré sa poussée sans précédent, le Front National n'a pas réussi à remporter de région, dimanche, à l'issue du second tour des régionales. Pourtant, le parti de Marine Le Pen réalise un double record national à l'occasion de ce second tour, en pourcentage (27,39%, score pas encore définitif) et en nombre de voix (6,8 millions, soit davantage qu'au premier tour de la présidentielle de 2002). Mais cela n'aura donc pas suffi, le FN étant victime à la fois du retrait des listes dans certaines régions, mais aussi d'un rebond de la mobilisation des électeurs.

"Magouille électorale"

Invité ce lundi de Jean-Jacques Bourdin, le sénateur-maire FN de Fréjus, David Rachline a d'ailleurs dénoncé des élections "malhonnêtes". "Elles sont malhonnêtes parce que quand il y a trois listes qui sont en lice pour se maintenir au second tour, normalement elles se maintiennent. Mais là il y a eu magouille électorale. (Les Républicains et le PS) ont été obligés de s'unifier les uns les autres pour conserver leurs plates-bandes, leurs mandats, leurs contrats. Ça s'appelle le système UMPS", a dénoncé David Rachline.

La deuxième chose qui explique la défaite du Front National, selon lui, c'est "la diabolisation, l'intox permanente". "Ils ont tout utilisé entre les deux tours pour faire croire que nous étions des extrémistes, ce qui est faux", poursuit le sénateur-maire de Fréjus, faisant référence notamment aux propos de Manuel Valls, selon qui une victoire du FN dans une région aurait pu conduire "à une guerre civile". "Pensez-vous franchement que si le FN était à la tête de la région PACA, ce serait la guerre civile ? Évidemment, non. Le Premier ministre a hystérisé cette campagne, a insulté le FN et menti aux Français. C'est un déni de démocratie", a dénoncé David Rachline.

"Prouver que nous sommes des gens sérieux et honnêtes"

C'est justement à une dédiabolisation que les dirigeants frontistes vont s'atteler ces prochains mois. En prenant appui notamment sur les mairies conquises par le FN au printemps 2014, dont celle de David Rachline justement. "Dans ma commune, j'ai fait 45% au second tour des municipales. Là, Marion Maréchal-Le Pen a atteint 55% au second tour des régionales. On a encore augmenté nos scores. Ça veut dire qu'une fois qu'on est aux responsabilités et qu'on a démontré qu'on était capable de gérer les collectivités, les gens sont satisfaits de notre politique. Ça va être l'enjeu des mois à venir de prouver que nous sommes des gens sérieux et honnêtes".

Philippe Gril avec JJ. Bourdin