RMC

Dominique Reynié (LR): "Fusionner ou se désister, c'est dire que seul le FN est un parti d'opposition"

Dominique Reynié, tête de liste Les Républicains - UDI - Modem en Languedoc - Roussillon - Midi-Pyrénées, a expliqué ce lundi chez Jean-Jacques Bourdin les raisons pour lesquelles il refuse de se désister, alors qu'il est arrivé en troisième position derrière la liste PS et le FN de Louis Aliot.

Se retirer ou ne pas se retirer, telle est la question. Au lendemain du premier tour des élections régionales de dimanche, la perspective d'une victoire du Front National dans plusieurs régions pose la question du retrait ou de la fusion des listes arrivées en troisième position. En Nord-Pas-de-Calais-Picardie et Paca, la question est tranchée avec le retrait des listes socialistes. Mais le socialiste Jean-Pierre Massenet refuse toujours de se désister ce lundi midi en Alsace-Lorraine-Champagne Ardenne, de même que la tête de liste Les Républicains en Languedoc - Roussillon - Midi-Pyrénées, Dominique Reynié. Il est pourtant distancé par Carole Delga (PS, 24,41%), et surtout par Louis Aliot (FN, 31,83%).

"Dans ma région, les socialistes ont tout raté"

"Je l'avais dit en amont que je ne ferais pas de fusion et que je ne me retirerais pas", rappelle Dominique Reynié, invité ce lundi de Jean-Jacques Bourdin. Pour lui, fusionner ou se retire, "ce n'est pas une position raisonnable". "Dans ma région, les socialistes ont tout raté. Et il faudrait voter pour eux parce qu'il faut faire barrage à un parti dont ils ont assuré la promotion ? C'est absolument irrecevable. Les socialistes ont tout raté, le FN veut tout casser".

Dominique Reynié ne comprend pas cette diabolisation du Front National. "Le parti est autorisé, Marine Le Pen a été reçue quatre fois à l’Élysée par François Hollande. On ne peut pas faire ceci et nous expliquer qu'on doit lui faire barrage. C'est un parti autorisé, les Français sont libres de voter pour le Front National, s'ils veulent assumer ce choix, ils l'assument".

"Gauche et droite n'ont pas le même projet"

Celui qui est aussi politologue considère que le front républicain, alliance de la droite et de la gauche pour faire barrage au FN, est une erreur stratégique. "Il y a une gauche et une droite, elles s'opposent, elles n'ont pas la même philosophie, pas le même projet, et il faut que cela se voit et s'entende. A partir du moment où nous disons que nous sommes suffisamment proches pour fusionner ou nous désister l'un au profit de l'autre, c'est terminé, on dit que seul le FN est un parti d'opposition".

Retrouvez tous les résultats dans votre région avec notre carte interactive.

Philippe Gril avec JJ. Bourdin.