RMC

En meeting à Marseille, Emmanuel Macron cible Marine Le Pen: "c’est notre premier opposant"

-

- - AFP

Le candidat En Marche a attaqué frontalement la candidate du Front national samedi lors d’un meeting en région PACA.

Emmanuel Macron était en campagne en terre de droite, samedi, lors d’un meeting en région PACA. A Marseille, devant 5.000 à 6.000 personnes, il s'en est pris davantage qu'à l'accoutumée à ses rivaux. Il a d’abord ciblé François Fillon et "son clan": "Il n'a plus de programme, alors il invective les autres".

Plus tôt dans la matinée il a rencontré, à la surprise générale, Christian Estrosi le président LR de la région PACA pour une "visite républicaine", assurant qu'il avait "combattu le FN" aux dernières régionales. Le FN, c’était l’autre cible d’Emmanuel Macron samedi soir.

"Ils vont être en tête du premier tour, et personne ne s’en étonne"

Le ton est d’ailleurs monté d’un cran. Le candidat d’En Marche ne fait plus dans la demi-mesure pour qualifier le Front national: "C’est notre premier opposant. Ils vont être en tête du premier tour, et personne ne s’en étonne. Non! Nous allons être en tête du premier tour, et nous allons les battre".

Cette prise de position forte face au parti de Marine Le Pen, ces militants de Paca l’attendaient. "Nous venons du Vaucluse, où le Front national est encore plus présent. Et objectivement, ça fait du bien de se sentir accompagné", lâche un premier. "Il y avait quand même un signe fort à donner çà Marseille, qui s’est quand même mobilisé avec toute la région Paca lors des dernières régionales contre le FN. Oui, ça avait du sens", enchaîne un seconde.

Aux dernières Régionales, le FN avait fait 45% des voix, en région Paca, l’inquiétude est donc réelle. Marine Le Pen, "c’est la candidate à abattre, il faut être vigilant de tous les côtés et ne céder sur rien", prévient un soutien d’Emmanuel Macron. 

Elisa Bertholomey (avec A.M.)