RMC

Eric Ciotti accusé d'avoir fait cumuler plusieurs emplois publics à son ex-femme

Le député Eric Ciotti, en lice pour la présidence des Républicains, est accusé par Le Canard Enchaîné d'avoir fait cumuler à son ex-femme plusieurs emplois publics locaux en plus de son travail d'assistante parlementaire. Il se défend et s'estime "bassement attaqué".

Une nouvelle affaire d'emplois fictifs chez les Républicains? L’ex-femme d’Eric Ciotti (LR), Caroline Magne, la mère de ses enfants, aurait cumulé jusqu’à trois emplois publics en même temps. Selon Le Canard Enchaîné, elle a d’abord été assistante parlementaire à temps partiel d’Eric Ciotti en 2007 lors de son élection comme député, en même temps que ses fonctions d’attachée de presse de Christian Estrosi à la mairie de Nice.

En 2009, Caroline Magne accompagne encore son mari, élu président du conseil départemental des Alpes-Maritimes, en devenant sa directrice adjointe. Enfin en 2014, elle devient directrice générale des services de la mairie de La Colle-sur-Loup, un emploi qu’elle cumule avec son poste d’assistante parlementaire jusqu’en 2016.

"Dans les deux cas, le cumul d'activité n'a jamais dépassé 44h par semaine", a défendu Éric Ciotti dans un communiqué mardi, s’estimant "bassement attaqué". Le député assure avoir employé son ex-épouse comme collaboratrice parlementaire "à temps très partiel, dans le strict respect des lois et règlements" pour un emploi "en circonscription qui n’aurait pas dépassé "5h25 par semaine" et 9h pour celui au sein de la mairie de La Colle-sur-Loup", précise-t-il. "Dans les deux cas, le cumul d’activité n’a jamais dépassé 44 heures par semaine", ajoute Eric Ciotti.

Favori pour la présidence LR

"Il va falloir que Caroline Magne s'explique", estime sur le plateau des "Grandes Gueules" l'avocate Marie-Anne Soubré. Pour le cheminot Bruno Poncet, "le tous pourris ressort d'un coup, ils sont tous pareils", ajoute-t-il sur RMC et RMC Story.

"Peut-être qu'ils vont nous sortir un rapport qu'elle a écrit et ce rapport, ce sera l'annuaire du téléphone", ironise le syndicaliste.

L'agriculteur Didier Giraud déplore l'auto-destruction chez les LR, estimant que l'information vient forcément de l'un des adversaires d'Eric Ciotti au parti, à l'aube d'élections internes auxquelles le député est candidat. "Quand ils auront fini de s'autodétruire, il ne restera que Marine Le Pen, Mélenchon et La république en Marche. Bien joué les gars", ironise-t-il.

Les Républicains doivent élire leur nouveau président en décembre. Candidat, Eric Ciotti fait figure de favori face à Aurélien Pradié et Bruno Retailleau pour succéder à Christian Jacob.

G.D.