RMC

Ils briguent l'investiture En Marche!: "être élu pour pouvoir amener notre pays au changement"

La "République en marche" d'Emmanuel Macron dévoile jeudi le nom d'"environ 450" candidats aux législatives. Et il va falloir trancher car plus de 16.000 personnes ont déposé un dossier de candidatures. Celles-ci attendent avec impatience la décision des instances.

Première scène, acte II pour Emmanuel Macron. Parvenu à l'Elysée, le président élu veut désormais s'assurer la maîtrise de l'Assemblée nationale pour mettre en place son programme. Ce jeudi, il lance donc la bataille des législatives (11-18 juin) qui devra être menée tambour battant par les postulants de la République en marche, le nouveau nom du parti. Si pour l'heure seuls 14 noms sont connu, et alors que l'on devait connaître l'ensemble des 577 candidats, seulement 450 nouveaux candidats vont être dévoilés ce jeudi par la commission. En cause: l'afflux de candidatures (plus de 16.000) de dernière minute comme celle de Manuel Valls.

Parmi eux, il y a Thibault Chattard-Gisserot, 45 ans, chef d'entreprise qui a déposé sa candidature il y a quatre mois. Pour cela, il lui a suffi d'un clic sur internet et d'une lettre de motivation, comme s'il était à la recherche d'un travail. "Etre député, c'est un véritable job donc ce n'est pas totalement choquant de postuler et d'expliquer pourquoi on est motivé pour le faire pendant les cinq ans à venir", admet ce patron d'édition.

"Je suis impatient"

C'est donc ce jeudi qu'il va savoir si sa candidature a été retenue. Alors le suspense est à son comble même s'il ne sait pas comment on va lui communiquer cette réponse. "Avec En Marche! on ne sait pas, concède-t-il. On ne sait pas si la liste va être publiée sur Internet, ce qui me semble le plus vraisemblable, ou si on va recevoir individuellement un message. On verra. C'est un peu la surprise… Ce côté un peu artisanal me plaît bien". Et s'il n'est pas sélectionné Thibault Chattard-Gisserot assure qu'il soutiendra le candidat de la République en marche dans sa ville. Mais il met une condition à cela: que celui-ci soit lui aussi issu de la société civile.

Jean-Michel Jacques, maire de Brandérion (Morbihan), a lui aussi demandé l’investiture de la République en marche pour les législatives. Il se dit "impatient" d'avoir la réponse: "J'espère être élu pour pouvoir amener notre pays au changement et être un témoin vivant que l'on peut être simple citoyen et se retrouver à l'Assemblée nationale. C'est inédit. Cela permet un véritable renouvellement de la vie politique".

M.R avec Romain Poisot