RMC

L'affaire Noël Le Graët est suivie de très près par Emmanuel Macron, "déçu et heurté"

Le président de la République suit de très près l'affaire Noël Le Graët, le président de la Fédération française de football, accusé de harcèlement sexuel et qui s'en est pris à Zinedine Zidane dimanche sur RMC.

À l'Elysée, on ne prend pas le foot à la légère. L'affaire Noël Le Graët est suivie de très près par l'exécutif et par Emmanuel Macron. À tel point que le président de la République a lui-même contacté Michel Platini, perçu comme une alternative possible à Noël Le Graët. 

La légende du foot français a d’ailleurs rendez-vous avec la ministre des Sports le mois prochain. Dès dimanche soir, l'Elysée a suivi quasiment en direct l'interview de Noël Le Graët sur RMC. Et les propos du président de la Fédération française de football sur Zinedine Zidane n'ont pas du tout été appréciés.  

Dans la foulée, Emmanuel Macron a échangé directement avec sa ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra.

L'Elysée et le ministère sur la même longueur d'onde

Officiellement, aucun commentaire de l'Elysée... Mais les conseillers du président renvoient à la prise de parole d'Amélie Oudéa-Castéra lundi. La ministre, elle, décrit un président "vraiment déçu et vraiment heurté" par les propos de Noël le Graët.  

Ce n'est pas un hasard si le président ne s'exprime pas directement sur le dossier. Le chef de l'Etat reste dans l'ombre, même s'il est tenu au courant à chaque étape par le ministère des Sports. "Si Emmanuel Macron s'exprimait, on dirait que la ministre est désavouée", analyse un conseiller de l'exécutif.  

Une façon de laisser la main à sa ministre, mais à l'Elysée comme au ministère des Sports, on souhaite désormais que Noël Le Graët passe la main.

Pression sur le comité exécutif

Selon les informations de RMC Sport, le fossé entre les deux hommes s'est élargi depuis le déplacement du président au Qatar en décembre pour soutenir les Bleus. 

"Mais le problème est plus large, il faut changer le système de fonctionnement de la fédération, sinon on n'aura pas atteint notre but", explique une source gouvernementale.

Amélie Oudéa-Castéra met désormais la pression sur la Fédération et son comité exécutif, pour destituer Noël Le Graët, peut-être même avant le rendu de l'audit sur le fonctionnement de la fédération, attendu pour la fin du mois.  Et en dernier recours, la ministre fait comprendre qu’elle peut forcer la main du président désormais indésirable. 

Romain Cluzel