RMC

La main peinte en violet, elles posent: une "bande de femmes Insoumises" créée pour contrer le sexisme en politique

La main peinte en violet, elles posent: une "bande de femmes Insoumises" créée pour contrer le sexisme en politique

La main peinte en violet, elles posent: une "bande de femmes Insoumises" créée pour contrer le sexisme en politique - La France Insoumise / RMC

OBJECTIF ELYSÉE 2022 - A l'occasion de la journée internationale des femmes, plusieurs responsables de LFI ont lancé une "squad" à l'américaine.

"Nous sommes pour!" plaident-elles, posant la main droite levée, peinte en violet, couleur traditionnelle des luttes féministes depuis les années 1970.

Plusieurs responsables de LFI ont présenté lundi leur "bande de femmes insoumises" pour "reprendre la place qu'on refuse" selon eux aux femmes en politique, revendiquant dans la campagne présidentielle une importance similaire à la "squad" américaine d'Alexandra Ocasio-Cortez aux Etats-Unis.

La co-présidente du groupe de la gauche radicale au Parlement européen Manon Aubry, la vice-présidente du groupe Insoumis à l'Assemblée nationale Mathilde Panot, la communicante de la dernière campagne de Jean-Luc Mélenchon Sophia Chikirou, la députée Danièle Obono et la coordinatrice du programme Clémence Guetté ont détaillé le projet au siège parisien de LFI à l'occasion de la journée internationale du droit des femmes. 

La main peinte en violet, elles posent: une "bande de femmes Insoumises" créée pour contrer le sexisme en politique
La main peinte en violet, elles posent: une "bande de femmes Insoumises" créée pour contrer le sexisme en politique © La France Insoumise

"Nous voulons faire écho au bouillonnement féministe" et "reprendre la place qu'on nous refuse, y compris dans la sphère médiatique", a expliqué Manon Aubry.

Selon elle, les femmes ne représentaient en 2020 que 31% des invités politiques dans les médias, une baisse de deux points par rapport à 2019. L'ex-tête de liste aux européennes s'est interrogée: "Est-ce que la parole de LFI sera moins entendue parce que nous n'envoyons que des femmes cette semaine" dans les émissions politiques pour protester, comme l'an dernier.

>> A LIRE AUSSI - Caroline de Haas dénonce sur RMC: "Quand on voit comme la Justice nous crache à la figure quand on est victime de viol..."

"Ce n'est pas un simple dérapage, c'est récurrent"

La "bande de femmes" que constitue LFI en vue de 2022 prend modèle sur la "squad" démocrate aux Etats-Unis, formée d'Alexandra Ocasio-Cortez, Ilhan Omar, Ayanna Pressley et Rashida Tlaib.

"Cette bande va durer toute la campagne et présentera diverses initiatives", a indiqué Sophia Chikirou. "Nous sommes des universalistes et savons en général qu'il y a le risque d'être enfermées dans notre genre, mais cette fois-ci ça ne nous pose pas problème de nous assumer en femmes politiques, comme il y a des hommes politiques".

Manon Aubry raconte: "On sait toutes à quel point c'est violent en politique, on a toutes eu nos doutes. Cette initiative est donc là pour dire à nos camarades femmes, vous avez cet espace de sororité et d'entraide, pour formaliser un cadre informel d'échanges qui a toujours existé entre femmes, et qui parfois nous aide à tenir".

"Le sexisme est un invariant en politique", a pour sa part estimé Mathilde Panot, rappelant avoir été traitée de "poissonnière" à l'Assemblée nationale par le député LREM Pierre Henriet - qui a dû s'excuser. "Ce n'est pas un simple dérapage, c'est récurrent. On voudrait que les femmes soient douces, discrètes, alors qu'il y a des milliers de manières d'être femmes politiques", a-t-elle tonné.

Danièle Obono a prévenu: "La victoire en 2022 se fera avec nous ou ne se fera pas".

La rédaction de RMC avec AFP