RMC

"La seule voie pour ne pas nous envoyer au suicide collectif": 70% des sympathisants de gauche plaident pour une candidature unique

Alors que les sondages n'envoient aucun des candidats de gauche au second tour, les sympathisants plaident pour une candidature commune, seul moyen selon eux de l'emporter en 2022.

Anna vient de poser sa pancarte devant le siège d'Europe Ecologie Les Verts à Montreuil en Seine-Saint-Denis. "Zemmour au second tour, à qui la faute", "PS, LFI, EELV, on ne vous le pardonnera pas", peut-on lire dessus. Un avertissement aux partis de gauche que lance cette militante de "La Primaire populaire": "C’est clairement pour leur mettre la pression. On n’est pas contre eux mais il y a urgence à ce qu’ils se rassemblent. Il y a une demande des Français et des Françaises pour qu’il y ait une candidature de rassemblement".

Car les militants de gauche craignent la multiplication des candidats à la présidentielle. Pour deux tiers des sympathisants de gauche, ils sont trop nombreux à se présenter: 70% d'entre eux souhaitent une candidature unique réunissant le PS, EELV, La France Insoumise et le Parti Communiste, selon un sondage Ifop pour Le JDD. "La primaire populaire", mouvement citoyen, veut mettre la pression pour permettre cet union.

Le mouvement compte pour l'instant 4500 bénévoles et 170.000 signatures dont celle de Camille: "Je n’ai pas trop envie d’un second tour Macron-Le Pen, Macron-Zemmour ou Zemmour-Le Pen. Du coup je trouve que c’est une idée formidable", assure-t-elle enthousiaste au micro de RMC.

"Soit on gagne ensemble, soit ils perdent chacun de leur côté"

En début d'année prochaine, le mouvement proposera aux citoyens de départager les candidats à gauche : "Cher Yannick, cher Jean-Luc, chère Anne, si vous pensez que l’union doit être derrière vous que vous allez gagner la présidentielle, vous pouvez gagner la primaire populaire", appelle Samuel Gjibovski, l'un des portes-parole de "La primaire populaire".

"Soit on gagne ensemble, soit ils perdent chacun de leur côté, et ils vont perdre durement. On pense qu’ils vont entendre et qu’ils vont accepter parce qu’aujourd’hui c’est la seule voie possible pour ne pas nous envoyer tous au suicide collectif", ajoute-t-il.

Le mouvement a lancé un ultimatum aux partis de gauche. Ils ont jusqu'au 30 novembre pour dire s'ils veulent participer à cette primaire populaire. Yannick Jadot a assuré dimanche espérer un rassemblement de la gauche en janvier mais derrière sa candidature. Selon un dernier sondage d'OpinionWay pour Les Echos et Radio Classique daté du 18 novembre, Jean-Luc Mélenchon est à 9%, Yannick Jadot à 8% et Anne Hidalgo à 5/6% des intentions de vote au premier tour.

>> A LIRE AUSSI - Etats-Unis: une voiture percute la foule lors d'une parade de Noël, plusieurs morts et au moins 20 blessés

Juliette Droz (avec Guillaume Dussourt)