RMC

Les Français en overdose de politique: "on ne parle que de ça, j'en ai marre"

-

- - capture RMCD

Ce vendredi, c’est le dernier jour de campagne officielle pour les deux candidats à l’élection présidentielle. La période de réserve qui interdit aux candidats et à leurs soutiens de s'exprimer dans les médias audiovisuels débute en effet à minuit. De quoi réjouir de nombreux Français qui n'ont envie que d'une chose: que ça s'arrête pour de bon.

Alors que ce samedi, les électeurs de Guadeloupe, Martinique, Guyane, Saint-Pierre et Miquelon, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Polynésie française et du continent américain vont être les premiers appelés à aller voter, force est de constater que la campagne n'enchante plus. En effet, face à un duel qui s'éternise sur la forme sans évoquer le fond, de nombreux Français n'ont envie que d'une chose: que la campagne s'arrête pour de bon. C'est le cas de Mildra qui, entre tracts tendus dans la rue et débats télévisés interminables, en assez. A tel point qu'elle ne veut plus entendre parler de politique.

"J'en ai un peu marre parce qu'on ne parle que de ça, confie-t-elle. Entre les affiches, les interpellations dans la rue, les appels, c'est comme si la vie ne tournait qu'autour de ça". Mildra ira toutefois voter dimanche, tout comme Arthur, mais ce vendeur de 23 ans a pris une décision radicale pour éviter l'overdose: "J'ai divisé par deux le temps passé sur les réseaux sociaux parce que je sais que je n'aurai que ça sur mon fil d'actualités".

Un ras-le-bol des Français pour l'élection présidentielle qui n'a rien d'étonnant d'après le politologue Jérôme Sainte-Marie: "La campagne paraît interminable dans la mesure où elle a commencé dès septembre avec la primaire à droite, puis celle à gauche. Aujourd'hui, ce second tour semble se transformer en référendum pour ou contre Marine Le Pen". Mais les Français devront prendre leur mal en patience. Dans 15 jours, en effet, une autre campagne débute: celle des législatives. 

M.R avec Alfred Aurenche