RMC

"Les municipales à Paris, c'est une mini-présidentielle", juge un soutien de Benjamin Griveaux

Qui sera le candidat de la République en Marche pour les municipales à Paris en 2020. Ceux qui se présentent sont auditionnés à partir de 14 heures par la commission nationale d'investiture du parti. Entre Cédric Villani, Benjamin Griveaux ou Hugues Renson, le verdict pourrait tomber dès demain soir.

C'est jour de grand oral pour les trois candidats à l'investiture de la République en Marche à Paris. Il y en avait encore cinq en fin de semaine dernière, mais le jeu des ralliements n'en laisse plus que 3 donc. Sur la ligne de départ, l'ancien porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, et les deux députés Cédric Villani et Hugues Renson.

Dimanche, celui qui fait figure de favori, Benjamin Griveaux a reçu le soutien de 34 élus de la capitale mardi après-midi, les trois hommes vont avoir 1h30 chacun pour défendre leur candidature devant une commission d'investiture. Que pensent les Parisiens de cette méthode ? Connaissent-ils seulement les candidats ? Au jeu de la devinette, très peu de Parisiens connaissent les deux favoris. 

"Il y a Griveaux bien sûr et puis il y a ces mathématiciens dont le nom m’échappe qui veut se présenter", affirme ce Parisien. 

Certains voient même des candidats qui ne le sont pas. "J’espère que ce soit Edouard Philippe pour qu’il soit sûr de gagner parce que Paris mérite un homme politique de gros calibre", indique un autre. 

"Il est temps de désigner un candidat"

Plutôt que des noms de candidats, Françoise et Charlotte aimeraient elles qu'on leur donne des idées pour changer leur quotidien. "Leur guéguerre, leurs egos et tout ça, ça me fatigue. Paris, c’est toujours aussi sale", détaille la première. "Qu’ils en désignent un et qu’il vote pour lui", réclame Françoise. 

Les électeurs semblent donc quelque peu lassés par ces longs processus d'investiture. Julien Bargeton, sénateur de Paris, soutient Benjamin Griveaux.

"Personnellement, j’ai plaidé pour un processus de désignation rapide du candidat parce que Paris, c’est une mini-présidentielle. Je sais à quel point, c’est une grosse machine pour faire cette campagne. Maintenant, il est temps de désigner un candidat parce qu’il y a du pain sur la planche", affirme-t-il. 

Le nom du chef de file de la République en Marche à Paris pourrait être connu dès demain, à l'issue d'un bureau exécutif du parti.

Juliette Pietraszewki et Pierrick Bonno avec Guillaume Descours