RMC

Les rassemblements de plus de 6 personnes interdits partout en extérieur: ce qu'il faut savoir

RMC
"Les forces de l'ordre verbaliseront les faits caractérisés d'abus de la règle", insiste le ministère de l'Intérieur.

"Dedans avec les miens, dehors en citoyen...", mais pas plus de six personnes.

Le gouvernement anticipe l'arrivée des beaux jours et en appelle à la responsabilité des Français pour éviter les pique-niques et les apéros en plein air. D'autant que le couvre-feu a été décalé à 19h. Gérald Darmanin a insisté sur l'interdiction des rassemblements non autorisés de plus de six personnes à l'extérieur, auprès des préfets dans le cadre des restrictions supplémentaires imposées dans 16 départements.

Ainsi, mercredi soir, le ministre de l'intérieur en a remis une couche auprès des préfets: la règle s'applique bien partout en France, que ce soit dans la rue, mais aussi les parcs et les jardins.

Des "exceptions"

Ces mesures destinées à freiner la propagation du Covid-19 sont la déclinaison du décret du 19 mars publié après les annonces du Premier ministre Jean Castex. Il s'agit d'en appeler "au sens des responsabilités des Français", a-t-on poursuivi, en ajoutant qu'il avait été demandé aux forces de l'ordre de faire preuve de "discernement et de bon sens". "Les forces de l'ordre verbaliseront les faits caractérisés d'abus de la règle", a-t-on insisté.

En clair donc, les forces de l'ordre sont donc appelées à dresser des amendes de 135 euros. Des exceptions toutefois à cette "règle des 6" pour les familles nombreuses, les enterrements, le sport en extérieur - quand il est encadré, et les manifestations autorisées. 

Est-ce vraiment légal?

Cette obligation s'applique donc à l'ensemble du territoire, pas seulement aux 16 départements reconfinés, précise le ministère de l'Intérieur. Et elle n'est pas nouvelle: elle a été mise en place par décret, le 29 octobre dernier. Ce dernier n'a pas été censuré depuis: il est donc totalement applicable. 

En revanche, pour la "règle des 6" à l'intérieur, cette fois, n'est pas totalement légale: s'il s'agit d'une recommandation de la part du gouvernement, plusieurs voix se sont insurgés peu après la conférence de presse de Jean Castex, jeudi dernier, pour faire valoir que cela relève de la liberté individuel de jouir de la propriété privée. Le gouvernement avait alors tenté ce week-end de calmer le jeu sur cette partie. 

Le ministre a en outre demandé aux préfets de ces zones de communiquer sur l'ensemble des mesures de restriction, à savoir le respect du couvre-feu, et les règles de fermeture des établissements accueillant du public. Des contrôles dans les gares et aux péages seront également organisés pour limiter les déplacements entre régions.

Paul Barcelonne avec Xavier Allain