RMC

Limiter le nombre de mandats des élus? Ça fait débat sur RMC

En amont du "Grand débat national", RMC et Jean-Jacques Bourdin vous proposent une grande consultation démocratique pour vous aider à vous faire entendre à l'Elysée. Parmi les revendications principales: la limitation des mandats pour les élus.

Être élu pendant 50 ou 60 ans c'est possible en France. La loi n'empêche pas aux élus locaux de se représenter année après année pour un nouveau mandat. Pour certains, il faudrait limiter le nombre de mandats dans le temps. 

En France, un député sur 10, un sénateur sur 30 et un maire de grande ville sur 15 est encore en fonction après trois mandats consécutifs. 

C’est le cas du maire de Priez, dans l’Aisne, petit village de 50 habitants pas loin de Château-Thierry. Yves Bahu fête cette année ses 60 ans de mandat. Il est élu depuis 1959. À l’Assemblée, on peut citer Alain Bocquet, député communiste de 1978 à 2017. Au Sénat, Christian Poncelet a occupé son fauteuil pendant 37 ans. Ils sont loin d’être les seuls. 

Une aberration pour Pieyre-Alexandre Anglade, député en Marche des Français du Bénélux, élu depuis 20 mois seulement.

"La politique c’est une mission ce n'est pas une profession. Et donc cette mission pour que vous y soyez le plus énergique, le plus tonique, il faut qu’elle soit ramassée dans le temps. Au bout d’un certain temps, mais ça, c’est valable pour tout dans la vie, vous perdez un peu de dynamisme, un peu d’énergie. Et donc je pense, que ce soit deux ou trois mandats, vous pouvez les faire à fond et les faire du mieux possible. Tout est question d’engagement, de dévouement et de l’énergie que l’on met dans son mandat", explique-t-il. 

Risque de clientélisme

Selon plusieurs études de Transparency International France, plus un mandat dure dans le temps, plus il y a un risque de corruption ou de clientélisme chez l’élu. Selon les sondages, 8 à 9 Français sur 10 sont donc pour une limitation des cumuls dans le temps. La réforme des institutions, laissée en suspens depuis l’été dernier, prévoyait trois mandats consécutifs maximum pour les députés, les sénateurs et les maires de communes de plus de 9000 habitants. C’était une promesse du candidat Macron.

Mais pour Gérard Longuet, c’est une erreur. Il est élu depuis 1978, sénateur de la Meuse après avoir été député du même département.

"C’est une idée superficielle, c’est une tarte à la crème. La vie politique, c’est quand même un vrai métier. La compétence, l’expérience ça ne nuit pas. Et ça s’acquiert avec le temps. La compétence, c’est de connaître les sujets et ils sont immenses. L’expérience, c’est de connaître la relation humaine, c’est-à-dire comment les gens vous comprennent-ils. Et ça demande une forme de respect qui vient avec l’expérience", détaille le sénateur. 

Un seul pays au monde limite le nombre de mandats des parlementaires: les Philippines, depuis 1987. Au Mexique, c’était aussi le cas depuis 1933. Trois ans seulement pour les députés, six ans pour les sénateurs. Mais la loi a changé. Désormais, ils auront le droit d’exercer jusqu’à 4 mandats consécutifs.

Par texte, en vidéo ou directement au 3216 de RMC: c'est désormais à vous de soumettre vos propositions de lois citoyennes relatives aux enjeux politiques actuels (pouvoir d’achat, fiscalité, rémunération…) en cliquant ici. 

>> "Vos 30 propositions de lois citoyennes": prenez la parole et soumettez vos propositions à l'Elysée! <<

Matthieu Rouault avec Guillaume Descours