RMC

"Marine Le Pen n'est pas la bonne candidate pour la présidentielle", affirme Robert Ménard sur RMC

Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, "n'est pas la bonne candidate pour la prochaine présidentielle", a estimé ce lundi le maire de Béziers Robert Ménard, candidat à sa propre succession avec le soutien du RN.

Interrogé pour savoir si la cheffe du RN serait la bonne candidate en 2022, l'édile de l'Hérault a répondu sur RMC "bien sûr que non. Je lui ai dit 10 fois!". 

Marine Le Pen "est la principale opposante" d'Emmanuel Macron mais "si on se retrouve à un deuxième tour comme ça" entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen "c'est l'assurance pour M. Macron d'être réélu", a estimé M. Ménard, partisan d'une "union des droites" entre la droite de LR et l'extrême droite.

"Et nous notre job c'est de trouver un visage", a-t-il poursuivi, en écartant la possibilité d'être lui-même candidat et en redisant son "ras-le-bol" de la "métapolitique" et des "débats d'idées" s'ils ne s'incarnaient pas dans une candidature.

Il faisait allusion à la réunion, à laquelle il a participé, autour de l'ancienne députée d'extrême droite Marion Maréchal et du polémiste Eric Zemmour, qui s'est muée en une violente charge contre l'immigration et l'islam.

"Vous ne pouvez pas dire aux gens que la France serait au bord de l'apocalypse et que ce serait une crise de civilisation (...) et pas dire qui va nous représenter, qui va incarner", alors que ni Marion Maréchal ni Eric Zemmour "n'ont envie, ni même imaginé être candidats la prochaine fois", a-t-il expliqué.

Le maire de Béziers a réfuté l'idée qu'Eric Zemmour ait appelé à la guerre civile quand il a invité les jeunes Français à "se battre" pour ne pas "vivre en minorité sur la terre de leurs ancêtres". "C'est une rhétorique de tribune politique". "Aujourd'hui, dans un certain nombre de quartiers, les gens les quittent parce qu'ils se sentent en minorité. (...) C'est ça qu'il dit".

Robert Ménard a aussi dit qu'il n'emploierait pas l'expression "grand remplacement", qu'il juge "complotiste" et selon laquelle la population européenne serait remplacée de manière organisée par une population immigrée.

La rédaction de RMC (avec AFP)