RMC

Marine Le Pen peut-elle aller au bout? "Les marchés financiers commencent à s'affoler"

Confortée dans les sondages au premier tour, la candidate du Rassemblement national Marine Le Pen pourrait même, avec la marge d'erreur, l'emporter à l'occasion d'un duel avec Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle.

L’inimaginable il y a quelques semaines, pointe finalement le bout de son nez. Après un passage à vide dans les sondages, Marine Le Pen connaît un regain de forme. Créditée de 16% des intentions de vote environ en janvier dernier, elle récolterait selon les sondages 22,8% des voix aujourd'hui. Et si elle parvenait à se hisser au second tour face à Emmanuel Macron, certaines enquêtes d’opinions, avec la marge d’erreur, la voient l’emporter face au président sortant.

Car le "Tout sauf Macron" est passé par là. Le président de la République, qui a surfé sur l’image de chef de guerre au début de la guerre en Ukraine, est rattrapé par l’affaire des cabinets de conseil et baisse légèrement dans les sondages. Conséquence, une défaite est désormais envisageable.

"Les marchés financiers commencent à s'affoler. Plus on voit Marine Le Pen monter dans les sondages, plus ça se tend spécifiquement sur la France à la possibilité que l'extrême-droite gouverne le pays", constate ce jeudi sur RMC Laure Closier, journaliste pour BFM Business.

"C'est assez effrayant. Le stress est sur le financement du programme et les finances publiques avec la baisse sur la TVA notamment, qu’elle financerait avec la baisse sur les allocations aux immigrés et le renfermement de la France sur les marchés", ajoute-t-elle.

L'évolution du cours du CAC 40, du 4 avril au 7 avril
L'évolution du cours du CAC 40, du 4 avril au 7 avril © Boursorama

"L'entrée en campagne du candidat Macron a réactivé l'opposition à son égard"

"Cette élection ressemble de plus en plus à celle des USA en 2016 entre Donald Trump et Hillary Clinton", juge de son côté Daniel Riolo. "Personne n'avait vu venir Donald Trump, même dans les sondages. L’Italie et l’Angleterre ont fait l’expérience de gouvernement populiste, je ne vois pas comment la France y échapperait", ajoute-t-il.

"Son image s'est améliorée. Aux yeux d'une partie des électeurs, Marine Le Pen incarne une forme de colère tranquille, et elle a réussi à rassurer les électeurs sur son image", estime Bernard Sananès, ancien président du CSA et directeur du cabinet de sondage Elabe. "L'entrée en campagne du candidat Macron a réactivé l'opposition à son égard, notamment avec la réactivation de son projet de réforme des retraites", constate-t-il. Conséquence, 7 Ffrançais sur 10 voudraient changer de président. "Et la dynamique est pour Marine Le Pen", assure Bernard Sananès.

Guillaume Dussourt