RMC

Meeting de Zemmour: Troussel reçoit "des messages de haine impressionnants et même des menaces"

Eric Zemmour et Stéphane Troussel

Eric Zemmour et Stéphane Troussel - RMC

Sur RMC, ce vendredi matin, le président du département de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel (PS) explique avoir reçu des messages de haine et des menaces après avoir lancé une pétition contre la tenue du meeting d’Eric Zemmour à Villepinte.

D’une pétition contre le meeting d’Eric Zemmour à Villepinte à des insultes et des menaces. Stéphane Troussel, président du département de la Seine-Saint-Denis et porte-parole de la candidate à l’élection présidentielle Anne Hidalgo (PS), a "interpellé" la société Viparis, propriétaire du Parc des expositions de Villepinte où doit avoir lieu dimanche le premier meeting de campagne d’Eric Zemmour. Une initiative qui lui vaut de recevoir des messages menaçants.

"Depuis hier soir que j’ai lancé cette pétition, je reçois des messages de haine impressionnants et même des menaces, des menaces physiques, de la part de la fachosphère. Donc, des leçons de démocratie de la part des fachos, non merci !", a expliqué Stéphane Troussel dans "Apolline matin", ce vendredi sur RMC. Des messages qui pourraient l’inciter à renoncer ? "Absolument pas", a répondu l’élu de Seine-Saint-Denis.

Troussel: "Le fossoyeur de la République, c’est lui"

"Je n’ai pas de leçon à recevoir de quelqu’un qui est multi condamné. Le fossoyeur de la République, c’est lui", a lancé Stéphane Troussel à propos d’Eric Zemmour et des réactions à cette pétition. "La société Viparis veut s’engager en faveur de la diversité culturelle, ethnique et sociale, promouvoir l’application du principe de non-discrimination, a souligné le président PS de la Seine-Saint-Denis. C’est ce qu’elle a signé, ce qu’elle met en avant. C’est incompatible avec quelqu’un qui dit par exemple que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, que les mineurs non accompagnés sont tous des violeurs, des voleurs, des assassins. Quelqu’un qui conduit une campagne dont le seul fondement, c’est le racisme, la xénophobie, la haine des musulmans, de la Seine-Saint-Denis et de ce qu’elle représente. Moi, j’attends des explications de Viparis. J’interpellerai toute entreprise, présente en Seine-Saint-Denis, qui lui permettra de propager ses idées."

LP