RMC

Nicolas Bay à Florian Philippot: "l'heure n'est pas aux états d'âme"

Ce jeudi sur RMC, Florian Philippot avait menacé de quitter le FN si le parti abandonnait son projet de sortie de l'euro. Ce vendredi dans Bourdin Direct, le secrétaire général du FN, Nicolas Bay a estimé que l'heure n'était pas aux atermoiements personnels.

Sortir ou pas de l'euro? Au sein du FN, la mesure est au cœur du débat depuis la défaite de Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle. Jeudi, invité des Grandes Gueules, Florian Philippot a menacé de quitter le parti. "Si jamais le Front garde l’euro, je ne reste pas. Je ne suis pas là pour garder un poste à tout prix et défendre l’inverse de mes convictions profondes", a-t-il affirmé.

Ce vendredi, il est repris par Nicolas Bay, secrétaire général du FN et invité dans Bourdin Direct. "Florian Philippot a exprimé sa position personnelle. L'heure est à la mobilisation en vue des élections législatives. L'heure n'est pas aux états d'âme".

"Pas de propos polémique"

Nicolas Bay précise tout de même que son "propos n'est pas polémique mais le plus important c'est montrer aux Français que face à un Emmanuel Macron qui va mettre ne place une politique désastreuse pour la France –toujours plus d'immigration, aller toujours plus loin dans la logique de l'Union européenne, toujours plus de dérégulation- nous devons nous constituer comme le pôle solide, ferme d'opposition à cette politique".

Et d'éluder la question sur la sortie de l'euro ou non: "Aujourd'hui on fait le constat lucide que l'euro dessert nos intérêts. Ensuite il y a la question de savoir comment sortir de ce dispositif. C'est le débat que nous aurons après les législatives. En matière économique, il y a bien d'autres mesures urgentes à mettre en œuvre".

P.B.