RMC

Ocean Viking: le gouvernement sous le feu des critiques après la remise en liberté de 123 migrants

La remise en liberté de 123 migrants de l'Ocean Viking a entraîné de vives critiques des oppositions.

D'abord les mineurs qui fuguent et maintenant 123 migrants remis en liberté par la justice, faute de pouvoir statuer sur leur cas dans les temps indiqués par la loi. La gestion de l'Ocean Viking tourne au cauchemar pour le gouvernement, contraint de gérer le décalage flagrant avec les promesses de la semaine dernière. Les migrants "ne pourront pas sortir du centre, ils n'entreront pas sur le territoire" assurait, en substance, Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur.

"Macron et Darmanin ont leur 'affaire Leonarda'" juge Le Pen

C'était mettre de côté les délais légaux et l'encombrement de la justice. De quoi alimenter le procès en laxisme martelé par la droite et l'extrême-droite. "Notre pays est couvert de ridicule" nous disent des sources au Rassemblement national alors que la patronne des députs RN, Marine Le Pen, juge sur twitter que "l'État ne contrôle plus rien".

"Emmanuel Macron et Gérald Darmanin ont leur 'affaire Leonarda'", juge-t-elle.

Pour l'ancienne présidente du Rassemblement national, "notre gouvernement est humilié par la fugue de 26 'mineurs' de l’Ocean Viking et les Français constatent, une fois de plus, que tout cela est hors contrôle. Comme-ci cela ne suffisait pas, on apprend désormais que des dizaines de migrants ont été remis en liberté, faute de juges suffisants ou à cause de vices de procédure. En plus de l’effondrement de l’État, l’incompétence de ce gouvernement, qui décidément, ne contrôle plus rien"

Invité de la Matinale week-end de RMC, l'ancien président de l'OFPRA Pascal Bruce a jugé qu'il "faudra regarder précisément ce qui s'est passé" dans le traitement des dossiers des migrants.

"On n'a pas d'autre option que de faire réellement fonctionner ces centres fermés. Tout s'est mis en place dans l'urgence", a-t-il expliqué.

Dans la majorité, on parle de "situation exceptionnelle qui n'était pas souhaitée par la France". Mais la gestion de ce débarquement de l'Ocean Viking met en lumière des failles qui seront tout l'enjeu de la future loi immigration. Un premier débat est prévu le 6 décembre prochain à l'Assemblée nationale et il s'annonce électrique.

Sébastien Krebs avec MM