RMC

Fugue des migrants mineurs de l'Ocean Viking: à qui la faute?

Après la fugue de 26 des 44 migrants mineurs non-accompagnés arrivés en France à bord de l'Ocean Viking, l'avocate des "Grandes Gueules" Sarah Saldmann dénonce un "échec de la politique migratoire" du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Ils avaient évoqué leurs intentions auprès de leurs encadrants et les ont finalement mises à exécution: 26 des 44 mineurs arrivés en France à bord du bateau humanitaire l'Ocean Viking, ont fugué de l'hôtel où ils étaient logés à Toulon dans le Var. Érythréens pour la plupart, ils seraient partis rejoindre un membre de leur famille dans un autre pays d'Europe principalement l'Allemagne, la Suède ou la Norvège.

"Le département a vocation à mettre les mineurs en sécurité mais pas dans des geôles, on ne peut pas les maintenir de force dans un foyer. Ils peuvent fuguer et c'est ce que certains on fait. On ne peut pas les contraindre, il n'y a pas de mesures coercitives à leur égard", a assuré Jean-Louis Masson, le président du conseil départemental du Var.

"Il n'y a pas de politique migratoire établie"

Pour l'avocate Sarah Saldmann, c'est "un échec de la politique" de Gérald Darmanin: "Ces mineurs sont seuls, ils ne peuvent pas subvenir à leurs besoins. Quand on n'a ni papiers ni famille, le seul moyen de subvenir à ses besoins c'est la délinquance. C'est pour ça qu'il y a un lien entre immigration et délinquance", assure-t-elle.

Certaines ONG estiment que ces mineurs n'étaient pas assez encadrés, expliquant que de plus en plus de mineurs isolés sont livrés à eux-mêmes, dans des hôtels où un éducateur ne passe que tous les 15 jours, faute de moyens.

"Il n'y a pas de politique migratoire établie et comme toujours, Gérald Darmanin est à côté de la plaque et complètement déconnecté de la réalité", ajoute l'avocate.

"Le problème doit se régler à l'échelle internationale"

Des propos qui ont fait bondir Mourad Boudjellal: "J'ai honte quand j'entends parler de délinquance. J'ai honte parce que le premier problème c'est la répartition des richesses, toi tu es né du bon côté de la planète, comme moi. Le problème n'est pas lié à l'immigration mais surtout lié à un statut social", déplore-t-il.

"Le problème doit se régler à l'échelle internationale. Le problème principal ce n'est pas quelques mineurs érythréens c'est pourquoi ils en sont réduits à ça en 2022. Il faut régler le fond de la répartition des richesses sur la planète, sinon on ne le réglera pas", estime l'éditeur.

Les 18 mineurs non accompagnés restants de l'Ocean Viking ont pour leur part déclaré leur volonté de rester en France. Ils sont pour l'heure logés dans un hôtel, où ils bénéficient d'une plus grande liberté que les adultes et mineurs accompagnés de l'Ocean Viking, maintenus dans une zone d'attente. Ils doivent être redirigés vers d'autres départements, le Var accueillant déjà 2 300 mineurs dans ses services sociaux.

G.D.