RMC

Pour François Fillon, "quand on a 16 ans et qu’on attaque un policier, on doit savoir qu’on ira en prison"

François Fillon a tenté de reprendre la main sur sa campagne mercredi en formulant de nouvelles propositions en matière de sécurité, comme l'abaissement de la majorité pénale à 16 ans.

François Fillon, en meeting dans l’Oise mercredi, tente de reprendre la main après l’affaire Penelope. Le candidat Les Républicains a proposé d’abaisser la majorité pénale à 16 ans. Cette mesure n'est pas nouvelle, Nicolas Sarkozy l'avait déjà proposée en 2006 et François Fillon, alors Premier ministre, l'avait inscrite au programme de la session extraordinaire de l'été 2007. Mais le projet avait été remisé.

"C’est nier le fait que vous l’adolescence se poursuit au-delà de 16 ans"

Pour François Fillon, "l’excuse de minorité ne peut plus aujourd’hui permettre de lutter contre la montée de cette violence". "Quand on a 16 ans et qu’on attaque un policier, on doit savoir qu’on ira en prison. C’est fondamental, c’est une question de cohésion sociale, c’est une question d’avenir pour la société française".

Ce n’est pas l’avis de Marie-Jeanne Ody, vice-présidente de l’Union syndicale des magistrats. Selon elle, "abaisser la majorité pénale à 16 ans c’est nier le fait que vous l’adolescence se poursuit au-delà de 16 ans. L’éducatif doit primer sur le répressif. Si vous n’avez pas d’accompagnement pour un mineur, qui par définition est fragile, ça multiplie, ça accroît le risque de la récidive".

S. Collié et J. Antoine (avec A.M.)