RMC

Présidentielle: la guerre en Ukraine plombe-t-elle la campagne d'Eric Zemmour?

Eric Zemmour est en difficulté à moins d'un mois du premier tour de la présidentielle, tombé à 10.5% dans les sondages.

A J-24 du premier tour, Eric Zemmour connaît une mauvaise passe. Il est en baisse dans les sondages et a du mal à sortir d’une séquence compliquée.

Pour le candidat qui veut lutter contre le dit “grand remplacement” c’est un peu un grand ralentissement. Depuis la guerre en Ukraine, les sondages sont mauvais. Il tombe à 10,5% dans le dernier sondage Elabe pour RMC et BFMTV, conséquence de ses positions ambiguës sur Poutine et les polémiques sur l’accueil des réfugiés.

Pour un ministre qui l’imaginait pourtant arriver plus haut, “la guerre a plombé sa campagne”. C’est peut-être pour cela qu’il est apparu un peu fatigué lundi lors de l’émission présidentielle entre lapsus et moments d’hésitation.

“Eric Zemmour n’était pas fatigué, mais sous le coup de l’émotion”, nous répond un proche. Et quand on l’interroge sur plusieurs événements d’agenda et médias annulés, c’est parce qu’il doit prioriser”. Un lieutenant de Marine Le Pen est beaucoup moins objectif: “Zemmour est au bout de sa vie, il est en surchauffe, il explose en vol”.

Pas d'effet Marion Maréchal dans les courbes

Et puis le ralliement de Marion Maréchal n’a pas eu l’effet escompté. Mais patience, indique un Zemmouriste: “Une mauvaise séquence a automatiquement un effet sanction, par contre une bonne nouvelle, ça met du temps, une dizaine de jours”.

Alors si on compte bien, le ralliement de Marion Maréchal à Toulon, c’était le 6 mars, nous voilà le 17… Visiblement, ça n’a pas encore infusé. Pour cela, le camp Zemmour n’est pas aidé par Robert Ménard, soutien de Marine Le Pen très remonté mercredi contre Marion Maréchal pour ses propos sur les réfugiés.

“C’est minable, c’est dégueulasse. Que Marion Maréchal ne se prenne pas pour une espèce de géopoliticienne de plateau de télévision, et qu’elle aille voir un petit peu ce que c’est que le malheur des gens”, assurait-il.

Le maire de Béziers “espérait naïvement que Marion Maréchal allait apporter de la modération, de la bienveillance dans cette campagne”, nous confie-t-il. “Au final, elle le pousse à des propos encore plus radicaux”, ajoute-t-il.

Chez les Zemmouristes, hors de question de se laisser abattre, on joue à fond la méthode Coué. “La vie est belle; il faut positiver. Celui qui pense avoir perdu a déjà perdu”, assure un proche d’Eric Zemmour.

Les équipes misent tout maintenant sur le programme de 73 pages, les opérations de porte-à-porte, une lettre aux Français envoyée à trois millions de foyers, des meetings d’orateurs partout en France et bien sûr le grand meeting du Trocadéro le 27 mars. Un Zemmouriste anticipe, “On sait déjà que ça va être un succès”. Petite indiscrétion RMC, Reconquête revendique 35.000 inscrits pour ce meeting.

Le service politique de RMC