RMC

Guerre en Ukraine, prix de l'essence, débat avec Emmanuel Macron: ce qu'il faut retenir de l'interview d'Eric Zemmour

Eric Zemmour était l'invité de "L'Interview Grand Format" RMC et BFMTV ce mardi matin. Il a notamment réagi à l'annonce d'Emmanuel Macron, qui a indiqué qu'il ne participerait à aucun débat avec les autres candidats à la présidentielle avant le premier tour.

Eric Zemmour sur RMC/BFMTV: "Le débat fondamental sera celui de l’entre-deux tours entre Emmanuel Macron et moi"

“Rien n’est jamais plié. Qu’Emmanuel Macron ne débatte pas avant le premier tour, moi, j’estime que c’est une façon un peu de se défiler, mais bon, il a trouvé l’argument de dire, les autres ne l’ont pas fait. De toute façon, je pense que les Français attendent le débat entre les deux tours entre lui et moi. Donc je regrette qu’il n’y ait pas de débat, mais il n’y a pas que lui. Marine Le Pen refuse tout débat, Valérie Pécresse a fini par accepter un débat après trois mois. Donc il n’y a pas que Macron qui ne veut pas de débat, je fais avec. Mais selon moi, le débat fondamental sera celui de l’entre-deux tours entre Emmanuel Macron et moi parce qu’il opposera deux visions de la société”.

>> Tous les podcasts de "L'Interview" sur RMC

Guerre en Ukraine: "On veut enfermer la campagne électorale dans un sujet qui ne sera pas décisif pour la France"

“On veut nous enfermer et enfermer la campagne électorale dans un sujet qui ne sera pas décisif dans la France des 10 ans, des 20 ans. On a d’abord eu le Covid, on ne parlait que de ça, et on a maintenant la guerre en Ukraine. Je ne dis pas que ni le Covid, ni la guerre en Ukraine, ne sont importants. Mais il faut voir ce qui va être important pour la France dans 10 ans, dans 15 ans, c’est ça une élection présidentielle. Moi, je continue de penser que notre destin sera défini par ce qui est en train de se passer en France depuis des années et que j’appelle le grand remplacement."

La candidature de l'Ukraine pour entrer dans l'Union européenne: "Un acte de guerre vis-à-vis de la Russie"

"Je considère que c’est une erreur. C’est d’abord de la communication, parce que tout le monde sait qu’il faut des années et des années pour faire rentrer un pays dans l’Union européenne. Il faut qu’ils aient intégré l’acquis communautaire. Ça prend des années, surtout pour une société comme l’Ukraine, assez pauvre, avec une société politique très corrompue. Et c’est dangereux pour l’Europe. Dans les traités européens, il y a une clause de défense entre les pays européens, qui est rattachée à l’Otan. C’est-à-dire que rentrer dans l’Union européenne n’est pas rentrer obligatoirement dans l’Otan, mais il y a un lien avec l’Otan. C’est une manière de faire monter encore l’escalade guerrière. C’est un acte de guerre vis-à-vis de la Russie. Il faut faire descendre le conflit et essayer de ramener tout le monde autour de la table pour des pourparlers de paix."

Sanctions contre la Russie: "Les Russes sont capables de tout"

"Bruno Le Maire, lui-même, met de l’huile sur le feu en déclarant la “guerre économique totale”, à la Russie. D’ailleurs, ça commence à être mis en place, car on a pris la décision très grave de geler les avoirs de la Banque centrale russe dans les banques occidentales. Ça veut dire que nous avons privé les Russes de leur argent. C’est une déclaration de guerre qui peut aller très loin. C’est Poutine qui a déclaré la guerre et qui a attaqué l’Ukraine et je condamne cette attaque. Mais ce que je dis, c’est qu’aujourd’hui, on a le choix entre faire monter les risques de guerre et après venir s’en plaindre, ou au contraire essayer d’apaiser. Moi, je veux la paix, je veux protéger les Français de cette folle escalade. Je connais un peu l’histoire russe en lien avec la France et je sais que les Russes sont capables de tout quand ils sont en guerre. Quand Napoléon, les bas à côté de Moscou et qu’il prend leur capitale, ils brûlent leur capitale pour ne pas la laisser aux troupes françaises. Ce sont les seuls à avoir fait ça dans l’histoire de l’Europe. Ils sont capables de tout, ce sont des Russes."

Réfugiés ukrainiens: "Je ne veux pas un tsunami fondé sur l'émotion"

"Peut-être que c'est de ma faute, peut-être que je me suis mal expliqué. Je pars des volontés des Ukrainiens et en l'occurrence des Ukrainiennes et de leurs enfants, parce que les hommes combattent et sont interdits de sortie du territoire. Qu'est-ce qu'elles veulent? Les Ukrainiennes et leurs enfants veulent rester à côté de leurs maris, de leurs pères, de leurs fils. C'est pour ça qu'elles vont en Pologne, pour pouvoir revenir au plus vite. Il faut aider les Polonais à accueillir ces populations ukrainiennes, financièrement, médicalement. Et il faut les aider en supprimant les sanctions qu'a infligé l'Union européenne à la Pologne il y a quelques mois. Ce n'est pas 'bon débarras'. S'il y avait la guerre en Italie, je serais le premier à dire qu'il faut recevoir les Italiens car nous sommes les plus proches. Mais je pense que l'immigration a désorganisé, affaibli, appauvri, la France. Je ne veux pas aggraver cette situation. Les Ukrainiens sont un peuple européen, chrétien, qui donc est beaucoup plus proche de notre peuple français que les vagues migratoires des pays arabo-musulmans. Je sais très bien qu'ils poseraient moins de problèmes en termes d'assimilation, d'acculturation... S'ils ont des attaches avec la France, de la famille, il y en a peu, s'il y a des maires qui organisent de l'accueil dans des conditions humaines, nous leur donnerons des visas. Ce que je ne veux pas, c'est qu'il y ait un tsunami fondé sur l'émotion comme il y a eu pour le petit Aylan. On a eu un million, voire plus, d'immigrés syriens, avec en plus d'innombrables Algériens, Marocains, Africains... (Une immigration blanche, chrétienne, vous dites ok. Une immigration arabe, musulmane, vous dites non ?) Absolument. (La souffrance est la même) Tout à fait. L'humanité est la même, nous sommes tous des êtres humains. Ce que je dis, c'est : est-ce qu'il y a des gens proches de nous, éloignés de nous ? Nous avons démontré que l'immigration arabo-musulmane est trop éloignée de nous. C'est de plus en plus difficile de les acculturer, de les assimiler. Effectivement, nous sommes plus proches des Européens chrétiens."

Prix des carburants: "J’ai proposé le blocage provisoire"

"Comme mesure d’urgence, j’ai proposé le blocage provisoire de l’essence à la pompe au prix juste avant l’intervention russe en Ukraine, c’est 1,80 euros sachant qu’aujourd’hui, il est à plus de 2 euros. Pierre Bérégovoy l’avait fait en 1991, au moment de la première Guerre du Golfe. Il avait bloqué pendant cinq semaines. C’est une mesure provisoire qui s’appliquerait à tous les carburants. Je pense que c’est une mesure qui peut protéger utilement les automobilistes."

Emmanuel Macron candidat: "Les deux premières sont puisées dans mon programme"

“Monsieur Macron a donné lundi deux premières mesures. Les deux premières sont puisées dans mon programme, la suppression de la redevance télé et cette prime inflation. Alors certes, c’était son idée au départ, mais cette prime était plafonnée à 1.000 euros et surtout, il généralisait, il donnait à tout le monde. Moi, non, je suis pour le mérite. Je veux que les travailleurs méritants soient récompensés plus que les autres. Mbappé est meilleur que les autres joueurs du PSG, et bien il gagne plus que les autres. C’est la logique de la vie.”

Salut nazi dans son meeting à Toulon: "Le type a le cerveau à l’envers"

"Cette personne n’a pas sa place dans mon meeting. Mais on s’attache à un détail, à un imbécile qui n’a pas sa place dans mes meetings alors qu’il y avait un enthousiasme magnifique, il y avait des drapeaux français partout. Je n’attire pas ce genre de personne. Moi, je suis de confession juive. Donc un nazi qui rejoint Eric Zemmour, le type a le cerveau à l’envers parce qu’il n’a pas compris ce qu’était le nazisme et il n’a pas compris ce que j’étais. Donc il faut qu’il aille se faire soigner tranquillement. Moi, j’attire les patriotes français. Il faut cesser de nazifier les patriotes français. Ce n’est pas être nazi que de vouloir défendre son peuple, son pays, que la France reste la France. La France est le pays le plus généreux, le plus accueillant du monde, jusqu’à se mettre dangereux. Il faut arrêter avec cet opprobre facile et vraiment inutile."

L'arrivée de Marion Maréchal à ses côtés: "Elle incarne parfaitement ce que je veux faire"

"C'est une amie de longue date. Elle m'apporte son intelligence, sa combativité, son charme. Le fait qu'elle soit une espérance politique depuis des années pour les électeurs de droite de LR et du Rassemblement national. Elle incarne parfaitement ce que je veux faire dans cette campagne c'est-à-dire, l'union des droites pour sauver la France."

Guillaume Descours