RMC

Présidentielle: Marine Le Pen se tourne déjà vers le second tour

La candidate du RN, Marine Le Pen, ne cesse de monter dans les sondages. Dans son camp, on croit déjà à la qualification, pour une revanche de 2017 face à Emmanuel Macron. Et pour ne pas répéter l'erreur du débat de la dernière élection, les équipes s'y attellent déjà.

J-10 avant le 1er tour de la présidentielle. Et une candidate semble plus forte que jamais, Marine Le Pen. La dynamique se confirme pour la candidate du RN. Selon un sondage Elabe pour BFMTV publié mercredi, Marine Le Pen récolterait 47,5% des intentions de vote au second tour face à Emmanuel Macron. Elle se trouve donc dans la marge d'erreur, ce qui veut dire en mesure peut-être de l’emporter. De quoi décupler les espoirs dans son camp.

"Ça fait plaisir de voir que la campagne porte ses fruits" savoure un lieutenant RN, pour qui la stabilité de Marine Le Pen fait la différence. "On a bien fait de ne pas avoir changé de cap, même s'il y a eu des moments de turbulences", ajoute ce proche de la candidate.

Chez Eric Zemmour, on tempère l'enthousiasme. "Elle finira toujours par s’effondrer", grince un cadre de Reconquête. Il faut dire qu'entre Eric Zemmour et Marine Le Pen, c'est plutôt "Je t'aime moi non plus" en ce moment. La séquence a duré toute la matinée mercredi. D'abord Eric Zemmour face à Apolline de Malherbe, qui appelle à la réconciliation dans l'entre-deux-tours. Une main tendue, rejetée par Marine Le Pen. S'en est suivi un échange d'amabilités par médias interposés. Méfiance réciproque dans les deux camps. "Si Marine a envie de travailler avec nous, il faudra nous le dire. Et nous expliquer", lâche un ancien du RN parti chez Eric Zemmour.

Un très proche de Marine Le Pen réplique: "Faire ami-ami après s’être fait cracher dessus… Il y a quand même une période purgatoire".

L'importance du débat de l'entre-deux-tours

Un purgatoire qui pourrait bien prendre fin le 10 avril. Un mariniste confie: "Au 2e tour, on désigne un seul adversaire: Macron, point barre. On ne dira plus de mal de Pécresse, de Mélenchon, ni de Zemmour".

Et puis un autre objectif se joue entre les deux équipes, un éventuel accord aux législatives. Un cadre du RN pose déjà les limites. "Si les zemmouristes veulent la moitié des circonscriptions, ce sera compliqué".

Marine Le Pen, elle, prépare déjà son débat d'entre deux tours. Son équipe de campagne réfléchit aux personnes à solliciter pour peaufiner la confrontation. Sur la forme, Marine Le Pen a déjà prévu de parler d'elle et de sa personnalité, au lieu de parler de son adversaire comme en 2017. "Et on ne fera pas la même erreur de finir tard la veille à 23h sur le terrain", conclut un membre de l'état-major.

Chez les marcheurs, on est bien conscient que ce débat peut être un écueil, tout simplement parce que la prestation de Marine Le Pen aura forcément meilleure allure que le débat raté de 2017.

Le service politique de RMC