RMC

Primaire à gauche: "François Hollande devrait comprendre qu'il n'est pas une chance mais un poids"

Début juillet, le PS a commandé un sondage secret à Ipsos sur la primaire de la gauche. Selon les résultats de cette enquête, François Hollande serait battu par Arnaud Montebourg. "Cela confirme qu'il existe une vraie attente de la part d'électeurs de gauche qui se sentent déçus", estime, ce vendredi sur RMC, Laurent Baumel, député PS d'Indre-et-Loire et fidèle de l'ancien ministre.

Il n'a pas encore pris sa décision mais les résultats d'un sondage pourrait l'aider à trancher. Alors qu'Arnaud Montebourg, candidat déclaré à la présidentielle de 2017, a annoncé mardi, sur RMC et BFMTV, qu'il dirait le 15 décembre s'il se soumet ou non à la primaire organisée par le PS, une enquête d'opinion, jusque-là confidentielle mais révélée jeudi par Le Point, montre que l'ancien ministre remporterait le second tour du scrutin face à François Hollande (53% contre 47%). Plus précisément, selon ce sondage sur la primaire, réalisé du 1er au 4 juillet par Ipsos, Arnaud Montebourg sortirait gagnant quel que soit l'adversaire (en plus de ces deux personnalités, ont été testé Benoît Hamon, François de Rugy, Marie-Noëlle Lienemann et Sylvia Pinel, ndlr).

Au-delà d'une éventuelle polémique sur le fait que ce sondage ait été gardé secret ("C'est à Jean-Christophe Cambadélis qu'il faudra poser la question mais vu les résultats ça ne m'a pas tellement surpris"), Laurent Baumel, député PS d'Indre-et-Loire et soutien affiché d'Arnaud Montebourg, veut plutôt s'arrêter sur les résultats de celui-ci: "Cela confirme qu'il existe une vraie attente de la part d'électeurs de gauche qui se sentent déçus, parfois même trahis, par ce qu'a été ce quinquennat mais qui n'ont pas pour autant envie d'aller voter Mélenchon", déclare-t-il ce vendredi sur RMC.

"Le crédit politique de Hollande est très affaibli"

"Ces électeurs cherchent une alternative au sein de la gauche gouvernementale et je ne suis pas surpris qu'Arnaud Montebourg puisse incarner cette alternative", poursuit-il. Emmanuel Macron a aussi été proposé dans un scénario de second tour, même si celui-ci rejette l'idée d'une primaire. Et là encore l'ancien ministre du Redressement productif sortirait vainqueur (51% contre 49%). "Les scores sont serrés mais ce n'est pas illogique, souligne Laurent Baumel. Car même si Macron est sur une ligne politique totalement différente, voire même divergente, de celle d'Arnaud Montebourg, il incarne quand même cette idée de quelque chose de nouveau, de différent". Ce qui fait dire au député d'Indre-et-Loire que "clairement, les gens n'ont plus envie de François Hollande".

Et d'estimer: "Je pense que si François Hollande faisait preuve de lucidité, il se rendrait bien compte que son crédit politique est très affaibli. Il n'est plus du tout en situation de faire la moindre promesse et d'être cru. Il devrait comprendre que, pour sa famille politique, il n'est pas, aujourd'hui, une chance mais un poids. Il devrait donc en tirer les conséquences. Il ferait mieux de se retirer et, s'il ne veut pas le faire, l'enjeu sera de le remplacer à travers, peut-être, une primaire".