RMC

Rachid Temal : "Il faut être exigeant sur ce qu'on met dans l'union"

Invité de la Matinale week-end de RMC, Rachid Temal, Sénateur socialiste opposé à l'accord actuel avec la France insoumise s'est déclaré pour un accord d'union à gauche, mais qui se fasse sur une discussion programmatique commune, qui n'oblige pas à prendre comme principale base le programme de Jean-Luc Mélenchon.

L'heure de la clarification. Le Sénateur PS Rachid Temal, invité de la Matinale week-end de RMC, opposé à l'accord signé par son parti avec la France insoumise, a souhaité, ce samedi matin, préciser ses objectifs et ce qu'il souhaite pour l'avenir de la gauche.

S'il ne se dit pas opposé "à l'union", bien au contraire, il souhaite, si union il y a, qu'il y ait une exigence sur ce que contient l'accord de gouvernance avec une méthode claire "on se met autour d'une table, on arrête ensemble des points, et ça devient une coalition".

"Je suis et ai toujours été pour l'union. Mais il faut être exigeant sur ce qu'on y met. Là ça a été, 'voilà le programme de Jean-Luc Mélenchon, vous devez accepter ou vous démettre'", explique-t-il.

"Je m'oppose jour après jour à Emmanuel Macron"

Par rapport au programme commun de 1974, Rachid Temal estime que contrairement à aujourd'hui, il y avait eu "des vrais échanges entre le PS, le PCF et les radicaux" qui avaient "ensemble font un programme commun": "Ils n'avaient pas pris le programme d'un des trois pour l'appliquer. C'est une nuance essentielle, tant dans la méthode que dans le programme à appliquer." Il met notamment la question de l'envoi d'armes à l'Ukraine au cœur des discussions.

Le sénateur du Val-d'Oise ne souhaite pas non plus de rapprochement avec Emmanuel Macron. Rachid Temal dit s'"opposer jour après jour" à sa politique et souhaite remettre la gauche au centre du jeu: "Je n'ai pas de leçon de gauche à recevoir. Je ferai campagne pour la gauche jusqu'à mon dernier souffle", déclare-t-il.

"Monsieur Mélenchon redécouvre la gauche, tant mieux, mais la question, c'est aussi celle du contenu. Jamais je ne souhaiterai la défaite de la gauche."

Dissidences

Alors qu'Olivier Faure annonçait que les candidats dissidents seraient exclus du Parti socialiste, Rachid Temal estime que "personne ne doit partir du PS" et assurant lui-même qu'il est toujours socialiste et qu'il compte bien le rester:

"J'appelle tous les militants, même ceux qui ne sont pas favorables à cet accord, à rester au PS", déclare-t-il
https://twitter.com/mmartinezrmc Maxime Martinez Journaliste RMC