RMC

Réforme des retraites: "Le gouvernement a perdu sa première bataille", lance Jean-Luc Mélenchon

Le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a estimé que la mobilisation de ce jeudi contre la réforme des retraites signait une première défaite pour le gouvernement et Emmanuel Macron.

"La bataille est perdue par le gouvernement", a lancé ce jeudi Jean-Luc Mélenchon, le chef de file de La France insoumise, qui défile dans le cortège marseillais à l'occasion de la première journée de mobilisation contre la réforme des retraites.

"Il faut prendre la mesure de ce que représente la grève. Pour tous les manifestants, c'est une journée de travail qui n'est pas payée, c'est donc un énorme effort que fait la population active", a-t-il ajouté devant un parterre de journalistes.

Mélenchon déjà tourné vers les autres journées de mobilisation

"Personne ne croit à la valeur des arguments présentés par le gouvernement. Dans le passé, il y avait toujours un doute mais là, les gens savent qu'on leur ment, qu'on leur vole encore un petit bout de vie pour en donner le montant équivalent à d'autres qui sont les peu nombreux qui se gavent", a ajouté Jean-Luc Mélenchon. "Le gouvernement a donc perdu sa première bataille, celle de convaincre les gens de la nécessité de la réforme".

Se projetant déjà, il a assuré que d'autres journées étaient à venir, alors que les jeunes appellent à se mobiliser le 21, prévoyant un nouvel appel à venir des syndicats, dès la fin de cette journée de mobilisation.

"Les années Blair-Thatcher, c'est fini" a poursuivi Jean-Luc Mélenchon en référence aux anciens Premiers ministres britanniques. "Les petits malins qui font du super-libéralisme et qui s'honorent d'affronter toute une population, c'est fini. On n'en est plus là, on est à une autre étape de l'histoire où les gens veulent la réhabilitation de l'hôpital public et de l'école. On n'en est plus aux économies furieuses dans tous les domaines avec l'idée que le marché allait prendre la place dans tous les domaines", a-t-il conclu évoquant un "moment de bascule de l'histoire" et rappelant que le régime des retraites est excédentaire pour la seconde année.

Guillaume Dussourt Journaliste BFMTV-RMC