RMC

Retard d'ouverture dans certains bureaux de vote: "A 8h, aucun assesseur ne s'est présenté"

Image d'illustration

Image d'illustration - AFP

Certains bureaux de vote n'ont pas pu ouvrir à l'heure ce dimanche matin pour le second tour des élections présidentielles. C'est ce qu'il s'est passé dans le bureau de vote 209 à Lyon, où l'assesseur a tout simplement oublié de se présenter à l'heure.

Aurélie Bonnet Saint-Georges est présidente de bureau de vote et adjointe à la mairie du 2e arrondissement de Lyon.

"A 8 heures ce matin, pas d'assesseur. Pourtant un assesseur titulaire était désigné, mais il n'est pas venu à l'ouverture. Du coup, j'ai appelé le bureau centralisateur pour dire que je n'ouvrirai pas mon bureau de vote sans assesseur. Ils ont essayé d'en trouver un.

J'ai fait un appel Facebook et heureusement mon collègue élu Jean-Stéphane Chaillet, a vu cet appel. Résultat des courses: il m'a envoyé un de ses assesseurs car lui en avait plusieurs. J'ai pu ouvrir le bureau de vote à 8h10.

Ce n'était pas des assesseurs nommés par des candidats, nous en avions donc un sans étiquette qui est finalement arrivé plus tard. Sauf que là on est deux, impossible de changer, et il n'y a personne d'autre. Pour manger par exemple, entre deux votes, on mange sur un coin de table derrière et on revient pour faire voter les électeurs quand ils se présentent.

"Un système bancal"

Ça m'était déjà arrivé au second tour des présidentielles, où l'assesseur d'un des deux candidats était arrivé à 17h. Là aussi j'avais appelé le bureau centralisateur et j'avais réussi à trouver quelqu'un. J'avais ouvert à 8h08.

Il faut un minimum de 3 personnes pour tenir un bureau de vote: un président, deux assesseurs. En plus, nous, c'est la secrétaire qui fait office d'assesseur quand il n'y en a pas deux. Donc c'est bancal comme système. Après les candidats n'ont pas les moyens de fournir des assesseurs dans chaque bureau de vote, c'est un autre débat.

De toute façon, je n'ai pas le droit d'ouvrir un bureau de vote toute seule. Là, les assesseurs viennent au compte-goutte, on essaie de les garder le plus longtemps possible, on va tourner sur la journée. Heureusement ce n'est pas trop compliqué parce que le bureau de vote est assez calme depuis ce matin".

Propos recueillis par Paulina Benavente