RMC

Vers un retour du cumul des mandats de député et de maire?

Le député Renaissance Karl Olive va proposer le retour du cumul des mandats de parlementaire et d'élu local. Il s'agit pour lui de lutter contre l'éloignement du terrain des parlementaires.

Depuis une loi de 2014, impossible pour un député ou un sénateur de cumuler son mandat national avec un mandat local. Impossible par exemple d’être à la fois député et maire, sénateur et président de conseil départemental. L'objectif de la loi entrée en vigueur en 2017 est d'éviter le cumul des indemnités et de renouveler et diversifier le profil des politiques.

Mais depuis cinq ans, plusieurs voix s’élèvent pour faire marche arrière. L'année dernière, une proposition de loi a été adoptée par le Sénat mais retoquée par l'Assemblée nationale. Ces derniers jours, le député Renaissance des Yvelines Karl Olive, un proche d’Emmanuel Macron, a remis une pièce dans la machine. Celui qui a été maire de Poissy pendant huit ans va déposer demain une proposition de loi à son groupe parlementaire.

Un retour encadré

Karl Olive estime qu'il y a aujourd'hui une trop grande déconnexion entre les parlementaires et les Français. Il parle même d'un désamour, avec pour preuves, il cite le mouvement des Gilets jaunes ou encore le record d’abstention aux dernières élections législatives où moins d’un électeur sur deux s’est déplacé aux urnes. Ainsi, rester maire permettrait de garder les pieds sur Terre. Mais dans son projet, l'ancien journaliste dit souhaiter un retour du cumul des mandats encadré. Pour lui, pas question de cumuler les indemnités de maire et de député. Le cumul des mandats serait autorisé dans les villes de moins de 20.000 habitants, soit 98 % des communes françaises.

D'ailleurs sur le marché de Poissy, quand nos reporters demandent aux riverains qui est leur maire, le nom de Karl Olive revient souvent, alors qu'il a démissionné au début de l'été. Ironie de l'histoire, dans sa proposition, il ne pourrait pas redevenir lui même maire de Poissy, puisque la ville compte 37.093 habitants.

Dans la classe politique, de nombreuses figures soutiennent le projet: le patron du Modem François Bayrou est favorable: l’expérience des élus locaux dans les grands débats nationaux serait précieuse, dit-il. Fabien Roussel, patron du PCF, trouve que c'est un moyen d'avoir je cite "les pieds dans la glaise". Côté RN, Louis Aliot s'est dit aussi favorable à cette mesure, ce dimanche sur RMC. Même Emmanuel Macron pense que ce ne serait pas "absurde" de revenir en arrière.

Margaux Bourdin (avec MM)