RMC

Pourquoi la Défenseur des droits dénonce des "risques considérables" sur les technologies biométriques?

La Défenseure des droits alerte sur les "risques considérables" des technologies biométriques, ces technologies qui permettent d'identifier une personne, en analysant les traits de son visage, la voix ou les caractéristiques comportementales.

Claire Hédon, la Défenseure des Droits s'alarme dans un rapport publié ce mardi matin, des risques considérables de ces technologies. En cas de piratage par exemple, si un mot de passe peut être changé facilement ce n'est pas le cas de vos données biométriques impossible de changer de visage ou d'empreintes digitales.

>> A LIRE AUSSI - "C'est déjà demain": le gouvernement ouvre la voie de la reconnaissance faciale dans la vidéosurveillance

Ces technologies reconnaissent également moins bien les femmes ou les personnes non-blanches. Résultat, elles peuvent se tromper de personne et mal vous identifier. Aux Etats-Unis, trois hommes noirs ont déjà été emprisonnés par erreur à cause de système de reconnaissance faciale.

Des logiciels pour mesurer les émotions de candidats

Enfin, le rapport pointe l'exemple de logiciels de recrutement commercialisés pour mesurer les émotions des candidats. Là encore, ils commettent de nombreuses erreurs et bafouent le droit du travail. Le risque, être recalé en entretien à cause de cette technologie.

La Défenseure des droits réclame donc un meilleur encadrement et préconisent de ne pas les utiliser dans la vidéosurveillance ou dans le cadre de recrutement. 

Margaux Bourdin avec Guillaume Descours