RMC

Présidentielle et abstention : Le doute plane chez les Français

Selon une enquête Ipsos-Sopra Steria, moins de 7 français sur 10 sont sûrs d'aller voter pour la présidentielle. Alors que le que le premier tour approche, allons-nous vers une abstention historique ?

Selon une enquête Ipsos-Sopra Steria, moins de 7 français sur 10 sont sûrs d'aller voter pour la présidentielle. Alors que le que le premier tour approche, allons-nous vers une abstention historique ? - -

Selon une enquête Ipsos-Sopra Steria, moins de 7 français sur 10 sont sûrs d'aller voter pour la présidentielle. Alors que le que le premier tour approche, allons-nous vers une abstention historique ?

Plus la date du scrutin se rapproche, plus l'intérêt pour la campagne recule. En effet, à 22 jours du premier des élections présidentielles, moins de 7 Français sur 10 sont sûrs d'aller voter, selon une enquête Ipsos-Sopra Steria en partenariat avec le Cevipof et la Fondation Jean-Jaurès . Si ce chiffre ne s'améliore pas d'ici 1 mois, l'abstention dépasserait les 30%, ce qui est au-dessus de la campagne en 2017 (22%). Pire encore, cette élection pourrait battre le record d'abstention pour un scrutin présidentiel, encore détenu aujourd'hui par le premier tour de l'élection présidentielle le 21 avril 2002 (28%).

Mais pourquoi cette campagne électorale peine à convaincre les Français ? Dans la matinale Week-End ce matin sur RMC, un auditeur s'est confié sur son choix d'aller voter au premier tour : "C'est important d'aller voter, des gens sont morts pour ce droit, même si cette campagne est exaspérante", explique t-il. Ce dernier dénonce que les candidats ne donnent pas envie d'aller aux urnes, préférant les petites phrases chocs plutôt que de se concentrer sur leurs programmes :

"On se focalise sur des polémiques à deux balles, pour cacher un défaut de proposition des candidats, c'est devenu une guerre d'égo et de pouvoir"

Peut-on contenir l'abstention chez les jeunes ?

Un autre problème récurrent depuis des années, le taux d'abstention chez les jeunes. Entre crise de la représentation, désintéressement et lassitude, nombreux sont les symptômes qui pourraient faire craindre qu'il n'y aura pas d'amélioration pour ce 1er tour. Enzo, 20 ans, s'est exprimé dans la matinale Week-End en dénonçant le manque de considération des candidats pour cette tranche d'âge :

Je comprends que les jeunes ne veulent pas voter, nous ne sommes pas concernés par le programme des candidats, souligne t-il.

Alors, est-ce que les Français vont aller voter ou s'abstenir ? La réponse dans 22 jours...

Par Lucas Brunel avec Brightcove