RMC

R. Ménard sur RMC: "Des migrants sont envoyés par Daech pour préparer des choses en France"

-

- - Photo-montage BFMTV

Le maire de Béziers Robert Ménard était l’invité de RMC ce jeudi. Après avoir créé une nouvelle fois la polémique en utilisant un montage photo pour la couverture du journal municipal de sa ville, l'ancien président de Reporters sans Frontières a donné son avis sur la question des migrants.

"Ils arrivent dans notre pays, demain peut-être à Béziers, et je ne le veux pas". Robert Ménard n'a pas mâché ses mots au micro de RMC, ce jeudi. Le maire de Béziers est notamment revenu sur l'affiche polémique utilisée pour son journal municipal, où l'on voit un montage photo de migrants avec le titre "Ils arrivent".

"On est à Béziers la capitale régionale des réfugiés", se justifie-t-il. "Ici, on a deux centres d’accueil de demandeurs d’asile. Ces centres d’accueils sont pleins. On a reçu près de 400 demandeurs d’asile sur les deux dernières années. 87% se sont vus refuser le statut de demandeur d’asile."

"Or, que dit la loi? Qu’ils doivent être reconduits à la frontière. A Béziers, combien ont été reconduit à la frontière? Zéro. Pas un, pas deux, pas trois. Zéro. Qu’on commence à appliquer la loi et j’accueillerais de nouveaux réfugiés."

"Une prime à la délinquance"

"J’assume totalement cette affiche", poursuit-il. "Dans un quartier sensible de Béziers, on a un certain nombre de logements qui sont vides. Depuis des semaines, ces réfugiés syriens rentrent dans ces appartements en cassant les portes, et en se branchant illégalement à l’eau et à l’électricité. Et maintenant, on me demande d’accueillir leurs enfants dans nos écoles? C’est une prime à la délinquance. Je n’accepterai pas cela. Je n’en veux pas aux réfugiés en eux-mêmes, mais ce sont des filières qui organisent tout cela. Et, cela je n’en veux pas. Que nos amis de l’Arabie Saoudite les accueillent. Ils sont assez riches pour cela.

A la question, pourquoi les pays du Golfe n’accueillent pas plus de migrants, il regrette : "Le Qatar s’en fout, ils sont d’un égoïsme total", fustige-t-il. "Il y a eu une interview d’un responsable d’Arabie Saoudite, qui a dit -vous comprenez, on peut pas les accueillir, nous sommes tellement riches, et ils sont tellement pauvres-. Ils se foutent du monde. J’ai marre qu’on nous montre du doigt, nous les Européens, en disant -vous ne faites pas assez bien" mais ces pays n’ont qu’à les accueillir. Il y a une communauté de langue, souvent de religion. C’est bien plus près, et il n’y a pas la mer qui les sépare."

"Je défendrai un musulman s'il est menacé pour ses convictions religieuses"

Interrogé sur les propos de certains maires, notamment celui de Roanne, qui ont déclaré ne vouloir accueillir que des migrants chrétiens, Robert Ménard a rétorqué "qu’il se trompait".

"Quand quelqu’un de musulman est menacé pour ses convictions religieuses, je le défends. C’est la grandeur de notre pays d’accueillir des gens qui sont menacés pour les opinions et leurs convictions religieuses. Simplement, Je ne confonds pas des gens qui sont réellement menacés et l’immigration. Certains en profitent pour venir ici, trouver du boulot, et cela, je n’en veux pas.

L’ancien président de Reporters sans frontières a ensuite insinué que des islamistes pourraient se trouver parmi la population de réfugiés arrivant en Europe.

"Certains sont envoyés par Daesh pour commettre des actions en France", lâche-t-il, avant de se reprendre: "Enfin, je crains que cela puisse arriver, et je n’ai pas envie de prendre ce risque. Il faut dire non à l’accueil de réfugiés, en tous cas, dans ma ville, je dirais non. On reçoit des réfugiés quand ils sont menacés pour leurs convictions. Mais pour les centaines de milliers de gens qui veulent arriver en Europe en ce moment, ce n’est pas le cas."