RMC

Extraction de sable en baie de Lannion: "Personne n'a été associé à l'enquête publique"

-

- - Des opposants à l'extraction de sable en baie de Lannion, le 11 septembre 2016 - FRED TANNEAU / AFP

Après avoir rassemblé 2.000 personnes dimanche à Trébeurden dans les Côtes-d'Armor, les opposants à l'extraction de sable en Baie de Lannion s'apprêtent à rencontrer le conseiller industrie de Bruno le Maire. Ils dénoncent un projet à l'impact écologique négatif, et pointent le manque de transparence.

Alain Bidal est le président du collectif "Le peuple des dunes en Trégor". Ce collectif milite contre l'extraction du sable en baie de Lannion.

"Le 13 aout dernier nous avons organisé un nouveau rassemblement, 2.000 personnes étaient présentes pour protester contre l'extraction du sable en baie de Lannion. Les manifestants ont formé un SOS pour 'Save our Sand'.

La Compagnie armoricaine de navigation (CAN), qui produit des amendements agricoles à partir de sable marin, souhaite exploiter une dune sous-marine dans la baie. Cette dune est à cinq kilomètres du littoral et se situe entre deux zones naturelles.

"L'impact sur le tourisme va être important"

L'exploitation de cette dune va avoir quatre incidences majeures: tout d'abord c'est l'habitat du lançon, un petit poisson. Or, la disparition du lançon, source de nourriture pour des poissons nobles, entraînerait la disparition de ces derniers dans la baie. Conséquence, de nombreux pêcheurs seraient privés de leur travail et de leur source de revenus.

L'extraction du sable va produire 170 décibels. Toute la baie sera arrosée par le bruit. La pollution sonore va être importante pour les habitants, et le bruit va faire fuir les poissons.

La dune sous-marine sert d’amortisseur à la houle l’hiver. En cette saison, on peut avoir de fortes tempête dans la baie. Or, le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) a montré que les dunes sous-marine bloquaient les tsunamis. Si la dune s'affaisse en raison de l'exploitation, la houle viendra abîmer le littoral.

Enfin, lorsque l’on aspire du sable au large, celui des plages va glisser pour combler le trou. Si l’on n'a plus de sable sur nos plages, l'impact sur le tourisme va être important.

Ces quatre points n'ont jamais été évoqués par l'enquête publique qui a été réalisée en 2011.

"Personne n'a été associé à l'enquête publique"

On a vu Frédéric Cuvillier l'ancien secrétaire d'état de la Mer, on a vu Arnaud Montebourg, on a vu Emmanuel Macron quatre fois pendant qu’il était ministre de l’Economie. On a aussi vu Ségolène Royal en octobre 2016, et Nicolas Hulot avant qu'il devienne Ministre de l'Ecologie. Nous les avons tous avertis des dangers de l'extraction de sable. Pourtant aujourd'hui rien n'est fait.

Aucune étude socio-économique, sur les répercussions de l'extraction de sable sur l'emploi local n'a été faite. Personne n'a été associé à l'enquête publique. On nous dit que le sable est à destination de l'agriculture bretonne. Or les besoins de l'agriculture locale sont bien inférieurs aux quantités de sable qui pourraient être extraites. Nous avons alerté la Commission européenne, qui a répondu que tant qu'aucune infraction n'est constatée, elle ne peut intervenir.

Nous demandons un arrêt du projet d'extraction dans la baie. À quarante kilomètres des côtes, il y a un autre gisement de sable. La CAN refuse de l'exploiter, affirmant ne pas avoir les moyens techniques. Il serait pourtant hors des zones naturelles et l'incidence sur l'écosystème serait moindre vu que les courants sont beaucoup plus forts au large.

"Nous n'allons pas répéter nos arguments"

Nous souhaitons que ce dossier face jurisprudence. Toute l'administration, les préfets et les ministères ont validé l'extraction, alors qu'ils savaient qu'il y avait des problèmes. Il y a beaucoup de choses dans ce dossier qui ne sont pas transparentes.

Le 30 août nous rencontrerons Aloïs Kirchner, conseiller industrie au sein du cabinet de Bruno Le Maire, le ministre de l'économie et des finances. Nous n'allons pas répéter nos arguments, nous avons déjà rencontré cinq ministres. Nous voulons savoir quelles décisions va prendre Bruno Le Maire, pour que le projet d'extraction de sable en baie de Lannion soit définitivement enterré.

Tout le monde est concerné. Il y a d'autres projets d'exploitation de sable en France. Près de Royan en Charente-Maritime à Meschers-sur-Gironde par exemple, un collectif similaire au notre s'est formé".

Propos recueillis par G.D.