RMC

"Faire réagir le gouvernement": Sasha, militante écologiste, défend le blocage du Tour de France

Sasha, militante écologiste de "Dernière rénovation", était l'invitée des "Grandes Gueules" ce mercredi sur RMC et RMC Story, au lendemain du blocage du Tour de France par des membres de son mouvement. Si elle comprend que de telles perturbations puissent énerver, elle explique que tous les moyens sont bons pour interpeller le gouvernement.

"Il faut absolument faire réagir le gouvernement". C'est le credo de Sasha, militante écologiste du mouvement "Dernière rénovation", dont font partie les militants qui ont bloqué le Tour de France, ce mardi, lors de la dixième étape entre Morzine et Megève. Un mal nécessaire pour la militante, invitée des "Grandes Gueules" ce mercredi sur RMC et RMC Story pour réagir à cette action.

"On a tout essayé. Il y a eu 135 marches pour le climat au moment des élections, tout le monde s’en fout. La convention pour le climat a été anéantie par le gouvernement. Ça fait quatre ans qu’on fait de la sensibilisation. Qu’est-ce qu’il faut faire pour mobiliser le gouvernement?", s'alarme Sasha.

Contre la politique des petits pas

La principale demande de ce mouvement est la rénovation énergétique des bâtiments. Une politique est mise en place, notamment sur l'interdiction à la location des passoires thermiques à l'horizon 2028. Mais ce n'est pas assez pour la militante écologiste.

"Une politique de petits pas, faire les choses à moitié, c’est comme nous condamner à mort, c’est ne pas arrêter la spirale infernale dans laquelle on est en train d’être envoyé."

Outre la motivation écologique, Sasha estime qu'il y a une motivation sociale derrière cette revendication: "On fait ça pour les 12 millions de personnes en précarité énergétique. Un Français sur cinq a froid en hiver et trop chaud en été".

Les manifestants encore en garde à vue

La raison de cette action de "Dernière rénovation" est, selon la militante, "qu'on parle plus de Roland-Garros et du Tour de France que du rapport du GIEC". Les manifestants qui ont perturbé le Tour de France, mis à l'arrêt pendant une vingtaine de minutes, sont "encore en garde à vue" ce mercredi matin, selon Sasha. Un risque qui était connu de leur part: "On savait qu'en perturbant un événement sportif, c'était le risque. Mais c'est un petit risque face à ce qui nous attend".

"Dans 10 à 20 ans, il y aura un milliard de personnes sur les routes. Des gens vont mourir de chaud. On va devoir se battre pour avoir de la nourriture. En ce moment même, la Gironde est en train de brûler. Deux jours en garde à vue, c'est quoi face à ça?", alerte-t-elle.

>>> Tous les podcasts des GG sont sur le site et l'appli RMC

"Nous, on attend des actes"

Sasha se dit consciente de 'l’effet repoussoir' que peut avoir une telle action sur le grand public et avoue préférer "ne pas avoir à faire ça": "Je viens d’une famille de cyclistes, mon père adore le vélo et je comprends que ça puisse énerver les gens". Mais c'est, selon elle, la seule solution restante pour se faire entendre.

"C’est tout ce qu’il nous reste pour que le gouvernement prenne des mesures à la hauteur pour sauver sa population."

Interrogée sur une possible réception, par un membre du gouvernement, des responsablers de son mouvement, elle juge "bien si le gouvernement veut nous recevoir, mais nous, on attend des actes".

"Car ce n'est pas en nous recevant que cela vous sauver. On continuera bien sûr tout l'été et jusqu'à ce que le gouvernement réagisse."
https://twitter.com/mmartinezrmc Maxime Martinez Journaliste RMC