RMC

La "Loi alimentation" sous l'influence des lobbies? Des députés dénoncent sur RMC

Les députés entament une nouvelle journée d'examen du projet de la loi "Agriculture et alimentation". Un texte très dense, qui a fait l'objet d'une intense mobilisation des parlementaires, avec plus de 2.300 amendements déposés. Mobilisation des députés donc mais aussi intense travail d'influence des lobbies sur ce texte en particulier, qui touche à la fois la grande distribution, les pratiques agricoles et l'environnement.

"Les députés doivent montrer leur résistance aux lobbies": invitée de RMC, Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres a tiré le signal d'alarme. Alors que le débat à l'Assemblée sur la loi "agriculture/alimentation" doit durer huit jours, certains députés dénoncent l'appétit des lobbies.

Dans ce texte très dense, qui a fait l'objet d'une intense mobilisation des parlementaires avec plus de 2.300 amendements déposés, des élus notent aussi l'intense travail d'influence de producteurs d'agro-alimentaires, par exemple. Sur ce projet de loi en particulier, qui touche à la fois la grande distribution mais aussi les pratiques agricoles, l'environnement, les puissants lobbies de l'agroalimentaire et de l'agrochimie pèsent de tout leur poids pour tenter d'influencer les députés. 

"Il n'y a pas un jour où on ne reçoit pas un coup de fil"

Lors de son enquête, RMC a ainsi pu recueillir le témoignage de certains députés. Bien-être animal, abattoirs, pesticides: autant de sujets sensibles, explique le député LREM Matthieu Orphelin. "Il n'y a pas un jour où on ne reçoit pas un coup de fil au bureau, à l'Assemblée nationale. Pas un jour sans que l'on reçoive un mail de propositions d'amendements déjà rédigés. Il n'y a plus qu'à mettre son nom et le déposer".

Le problème, c'est que ces moyens de pression fonctionnent, notamment auprès des parlementaires novices. "L'exemple d'un lobbying efficace malheureusement: la vidéosurveillance dans tous les abattoirs de France" regrette le député Olivier Falorni. "Le président de la République s'était engagé, et malgré tout, ça risque de ne pas passer". 

L'amendement sur le glyphosate transmis au lobby avant son officialisation

Dernièrement, les lobbies de l'agrochimie se sont même procurés un amendement de la députée Delphine Batho, avant sa publication officielle. Un amendement pour interdire le glyphosate. "J'ai découvert que le lobby qui représente Bayer, Monsanto, etc, s’était procuré mon amendement 90h avant les députés, ce qui absolument invraisemblable!" dénonce-t-elle sur RMC. "Les lobbys sont normalement soumis à des règles de loyauté vis à vis du débat parlementaire, ce qui veut dire que ce type d'agissement est tout à fait inacceptable!" explique-t-elle à Jean-Jacques Bourdin.

"Ca leur donne de l'avance. Ils ont l'information, et face à des députés qui vont se battre pour l'interdiction du glyphosate, ils vont déployer des stratégies pour contrecarrer l'adoption de cet amendement" précise-t-elle, avant de confier qu'à "ce jour, plusieurs mois après l'engagement du Président Macron d’interdire le glyphosate, on est nulle part. Cet engagement ne figure même pas dans le plan du gouvernement sur les pesticides".

Résultat, le projet de loi "agriculture et alimentation" paraît bien maigre aux yeux de certains, comme le député France insoumise, Loïck Prudhomme. "Clairement, c'est une coquille vide. On a reculé sur beaucoup d'ambitions qui avaient été affichées au départ". 

Face à ces lobbies, il compte sur le contre-pouvoir des citoyens: une pétition pour interdire le glyphosate a ainsi déjà recueilli plus de 45.000 signatures.

Juliette Droz & X.A