RMC

Que prévoit la loi antigaspillage de Brune Poirson pour lutter contre la pollution plastique?

Brune Poirson, secrétaire d’Etat à la Transition écologique et solidaire, part en guerre contre le gaspillage et les déchets. Réparation encouragée, destruction des invendus interdite, renforcement du principe du pollueur-payeur. Ce projet de loi devrait avoir des conséquences concrètes pour tout le monde.

Brune Poirson part en guerre contre le gaspillage et les déchets. Elle présentera tout à l'heure devant le Conseil des ministres sa loi antigaspillage. Ce projet de loi "pour une économie circulaire", en préparation depuis plus d'un an, sera examiné par le Sénat à la rentrée.

Pour mener son combat, Brune Poirson se fixe un premier objectif : le recyclage à 100% de la totalité des plastiques en 2025. Dès l'an prochain de nombreux plastiques à usage unique type gobelets ou pailles seront par exemple proscrits. 

Retour de la consigne pour les bouteilles plastiques

La secrétaire d'Etat promet également le grand retour de la consigne pour les bouteilles plastiques. En clair le consommateur paie un peu plus à l'achat, mais se fait rembourser lorsqu'il rapporte le produit. Le montant pourrait s'établir de 10 à 25 cm d'euros l’unité. 

Les canettes et le verre, seront-ils également concernés ? Un comité rendra ses conclusions en septembre. Enfin, le texte prévoit d’étendre le principe du pollueur payeur avec l'instauration d'un bonus-malus qui pourrait aller jusqu'à 20% pour les produits moins vertueux.

Sophie Paolini avec Guillaume Descours