RMC

Seine-Saint-Denis: un maire visé par des tirs de mortiers d'artifice dans une cité

RMC
Le maire a été visé par des tirs alors qu'il sortait de la tour d'une cité en compagnie d'autres élus.

Le maire de Noisy-le-Sec en Seine-Saint-Denis a été la cible mardi de tirs de mortiers d'artifice et son scooter vandalisé alors qu'il faisait du porte-à-porte dans une cité, des faits pour lesquels il a déposé plainte jeudi, a-t-il indiqué, confirmant une information du Parisien.

Peu après 19H mardi, Olivier Sarrabeyrouse sort d'une tour du quartier du Londeau accompagné de plusieurs élus et découvre son scooter renversé, pneus crevés, rétroviseur cassé. "J'ai alors compris que nous avions dérangé", dit-il, la cité abritant un "point de deal notoire".

"Au moment où j'ai relevé mon scooter, j'ai entendu un premier tir de mortier. J'ai vu une petit groupe d'individus, entre cinq et dix, à 80 m environ", décrit l'élu.

De l'intimidation

Suivront "une dizaine de tirs en cloche". "C'était très impressionnant, mais le but n'était pas de porter atteinte à mon intégrité", analyse-t-il, évoquant "une mesure d'intimidation". 

Selon son témoignage, une personne s'est approchée de lui après les tirs et l'a mis en garde : "Faut prévenir quand vous venez, sinon ça recommencera".

Olivier Sarrabeyrouse, qui s'était déjà rendu dans cette cité trois jours plus tôt, déplore qu'"une petite minorité pourrisse la vie des habitants de cette cité qui vit des choses très positives". "Mardi, une maman pleurait car le médecin n'a pas pu entrer dans sa tour", raconte-t-il.

Les mortiers d'artifice, des engins pyrotechniques utilisés par les professionnels des feux d'artifice, sont de plus en plus souvent détournés par des délinquants, notamment pour s'en prendre aux forces de l'ordre.

La rédaction avec AFP