RMC

"Ça peut arriver n’importe où": à Lille, l'inquiétude des habitants après l'effondrement d'immeubles

L'effondrement de deux immeubles mitoyens, ce samedi à Lille, a fait un mort. Si un arrêté de péril imminent avait été délivré pour un immeuble, le second n'était pas concerné. Et ces effondrements en plein centre ville inquiètent les habitants, qui se questionnent sur leur propre lieu d'habitation.

Le ministre délégué au Logement, Olivier Klein, est attendu ce lundi matin à Lille après l'effondrement de deux immeubles samedi matin qui a fait une victime. En effet, le corps d'un psychiatre calaisien a été retrouvé sous les décombres. Il dormait dans un appartement prêté pour la nuit par des amis au moment du drame.

Un arrêté de péril imminent avait été pris en urgence pour l'un des deux immeubles que les pompiers avaient décidé d'évacuer dans la nuit de vendredi à samedi après le signalement d'un habitant, mais pas pour celui dans lequel se trouvait la victime. L'enquête ouverte samedi pour "mise en danger de la vie d'autrui" a été élargie au chef d'"homicide involontaire" a précisé dimanche la procureure.

Cet effondrement a eu lieu dans une artère commerçante du centre-ville, à deux pas de la Grand Place, l'inquiétude reste palpable chez les habitants qui s'interrogent désormais sur l’état de leurs immeubles. Aurore s’interroge sur un bâtiment voisin de cet effondrement. “Il y a un ravalement de façade qui doit être fait. Le bâtiment paraît un peu vieux”, indique-t-elle.

Ces Lilloises, qui habitent à quelques minutes à pied, craignent pour leurs propres immeubles.

“Si c’est arrivé là, ça peut arriver n’importe où. Moi qui habite le Vieux Lille, je me dis qu’il y a aussi de l’habitat ancien et que ça pourrait aussi arriver parce que les bâtiments ne sont pas forcément droits. Et en plus, c’est bâti sur pilotis donc c’est d’autant plus fragile”, indiquent-elles.

>> Suivez RMC sur Google pour retrouver les dernières actualités 

Pas de crainte de nouvel effondrement selon Martine Aubry

Selon la presse locale, l’année dernière, des pierres étaient tombées du haut du bâtiment qui s’est effondré. Des signes de délabrement qu’Inès et sa colocataire constatent dans leur immeuble du centre-ville.

“On est un peu inquiètes parce qu’il y a eu par exemple une marche qui a cassé et qui n’a jamais été refaite, on voit des fissures dans le mur alors qu’on en avait jamais parlé avant”, pointe-t-elle.

Depuis le drame de samedi, elles envisagent de passer à l’action. “On a évoqué l’idée de faire une lettre à notre propriétaire pour demander de faire une rénovation. Ce n’était pas des questions qu’on se posait avant”, poursuit-elle.

La maire de Lille Martine Aubry assure qu’aucun élément ne laisse présager un nouvel effondrement dans le secteur.

Kévin Gasser avec Guillaume Descours