RMC

"Ce n’est pas du tout sécuritaire": une mairie refuse d’éteindre la lumière pour faire des économies

Maire de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), Catherine Arenou ne veut pas éteindre l’éclairage public la nuit pour faire des économies. Une question de sécurité, comme elle l’a expliqué dans "Apolline Matin" ce vendredi sur RMC et RMC Story.

"Ce n’est même pas imaginable". A Chanteloup-les-Vignes, dans les Yvelines, la lumière ne sera pas coupée la nuit pour faire des économies d’énergie, dans le contexte d’une forte tension sur le marché européen. Pour la maire, Catherine Arenou (DVD), c’est une question de sécurité. "Il est évident qu’on est une ville pauvre, avec des habitants pauvres, explique-t-elle dans ‘Apolline Matin’ ce vendredi sur RMC et RMC Story. Notre première obligation, c’est d’essayer de faire des économies pour pouvoir dégager un peu de moyens pour accompagner les habitants. Les énergies électriques, ça ne peut pas se gérer de la même façon, selon si on est une petite commune de province ou une ville très dense, comme la nôtre, avec une population qui marche dans le quartier, avec une gare à proximité… Il y a ce sentiment d’insécurité, mais qui est une véritable insécurité, quand tout le quartier est plongé dans le noir."

Catherine Arenou pense notamment aux salarié(e)s qui finissent leurs journées en pleine nuit. "Quand vous êtes piéton, vous n’imaginez pas être obligé de vous balader avec votre téléphone portable, pour arriver à voir où vous êtes. Dans nos quartiers très denses, avec des bâtiments qui rajoutent de l’ombre, il y a cette ambiance noire qui est beaucoup plus importante. Je peux vous assurer, et nous l’avons vécu, que ce n’est pas du tout sécuritaire. Ce n’est pas possible, ce n’est même pas envisageable. Il va falloir avoir beaucoup d’intelligence pour trouver des économies ailleurs, pour baisser l’intensité sur certains endroits moins fréquentés, mais pas là où la population vit à pied la plupart du temps, où les mamans rentrent tard de leur travail à Roissy… Je ne l’imagine pas et je sais que personne ne me le réclamera."

"Les économies d’énergie seront faites ailleurs"

A Chanteloup-les-Vignes, les interventions des secours imposent également que les rues et les quartiers soient bien éclairés. "On a besoin de l’accompagnement des pompiers et des policiers, régulièrement, des ambulances, aussi. Ces forces doivent pouvoir fonctionner dans une ambiance sécuritaire", assure Catherine Arenou, qui va chercher d’autres domaines dans lesquels des efforts pourront être mis en place. "Pour faire des économies, on n’a pas attendu le gouvernement. Les économies d’énergie seront faites ailleurs. Il y a des rues où on peut se le permettre, avec des pollutions lumineuses qui sont quelquefois des transferts de lumière qu’on peut faire. Baisser l’intensité lumineuse dans certains quartiers moins fréquentés, dans nos équipements publics… Eventuellement fermer certains équipements publics à certaines heures pour diminuer le chauffage et la consommation lumineuse… Ça va être de la dentelle. Nous n’avons pas le choix. Nos budgets doivent être équilibrés."

LP