RMC

Coupures d'électricité: les communes rurales se préparent à être très impactées

Les autorités ont prévenu, il est possible que certaines communes soient soumises à des coupures de courant cet hiver. Et parmi les Français qui sont les plus exposés, ceux qui vivent dans des communes rurales loin des lignes prioritaires.

Les autorités se préparent à de potentielles coupures d'électricité à partir du mois de janvier. Des délestages qui ne concerneraient pas tous les Français. En effet, les personnes raccordées par chance à une ligne prioritaire desservant un hôpital, un site critique ou sensible pour la défense nationale, ne seront jamais délestées. Mais 60% des Français restent sous la menace de ces délestages.

Parmi eux, les habitants de zones rurales. Souvent éloignés des centres hospitaliers, des commissariats ou d'un site militaire. Comme à Saint-Bernard, dans l'Ain, où flotte un petit sentiment d’injustice chez quelques commerçants ou habitants.

“C’est toujours la même chose que ce soit au niveau de la police, au niveau de l’éclairage… C’est toujours les communes rurales qui trinquent”, “C’est encore dommage qu’on tape sur nous et pas sur les villes alors que c’est là qu’il y a le plus d’économie à faire”, indiquent ces deux habitants.

Des coupures, même de courte durée, qui risquent d’être très contraignantes. “Si je n’ai pas Internet, je ne peux pas travailler”, “Il ne va pas falloir se faire prendre sur les volets qui s’ouvrent à l’électricité”, “Les gens qui bossent et compagnie, ils rentrent chez eux, ils vont se geler les cacahuètes", dénoncent ces riverains.

Une nécessité de communication au niveau des communes

Et ces coupures pourraient même avoir des conséquences économiques pour Nawelle, gérante d’un restaurant. “Nous, on a besoin des fours, de l’électricité, des chauffages parce qu’on a des clients, on est dans une salle de restaurant”, indique-t-elle.

Pour Bernard Rey, maire et président de l'Association des maires ruraux de l'Ain, la principale interrogation porte sur l’arrêt du réseau téléphonique.

“Quid pendant ces deux heures pour prévenir les services de secours? Est-ce que nous aurons une mise à disposition de radio pour les gendarmes ou est-ce qu’on aura une présence de gendarmerie en mairie?”, s’interroge-t-il.

Ces prochaines semaines, l’élu mènera des actions de communication pour préparer ses habitants à des potentielles coupures.

Vincent Chevalier avec Guillaume Descours