RMC

"Aucune garantie pour le 112": l'alerte du réseau télécom en cas de coupure d'électricité cet hiver

La France doit se préparer à de potentiels délestages pour cet hiver. Ces coupures de courant ciblées, de deux heures maximum, pourraient bien avoir des conséquences sur les communications. D'après Michel Combot, directeur général de la fédération française des télécoms, invité sur RMC ce jeudi, l’acheminement des appels d’urgence serait en péril en cas de délestage.

Élisabeth Borne a envoyé, mercredi soir, une circulaire aux préfets pour les préparer en cas de manque d'électricité dans le pays. Des situations de "délestages", c'est-à-dire, des coupures d'électricité ciblées, sont envisagées. Une coupure pourrait durer au maximum deux heures et pourrait avoir lieu dans certaines parties d'un département. Si plusieurs lieux seront épargnés, comme les hôpitaux, les gendarmeries ou les commissariats, les antennes qui permettent les communications seraient touchées.

Le gouvernement alerté depuis "presque huit mois"

"Ce sont des conséquences importantes, notamment pour l’acheminement des appels d’urgence. Nous travaillons avec le gouvernement pour essayer de voir ce que nous pouvons conserver comme couverture, notamment pour le 112, mais pour l’instant nous n’avons aucune garantie", déplore Michel Combot, directeur général de la Fédération française des télécoms (FFTélécoms), invité d'"Apolline Matin" ce jeudi sur RMC et RMC Story.

Pourtant, la FFTélécoms a "alerté le gouvernement depuis presque huit mois", sur les conséquences risquées de ces délestages. La situation pourrait être disparate en fonction des territoires.

"Pour l’instant, nous n’avons aucune assurance. Dans des zones où des antennes existent à côté, les abonnés pourront s'y raccrocher, mais par exemple, dans certaines zones rurales, il y a un seul pylône à des kilomètres à la ronde, alors si ce pylône est éteint, les gens n’auront aucune possibilité pour passer des appels d’urgence", ajoute Michel Combot.

"Nous devons être tous préparés"

Pour l'heure, rien n'indique que ces coupures de courant ciblées auront véritablement lieu, "mais si elles arrivent, nous devons être tous préparés", poursuit-il.

Ces conséquences auraient-elles pu être anticipées? Jean-Christophe, auditeur de RMC, ne comprend pas. "Cette gestion du gouvernement, c’est aberrant parce que ça fait quand même plus d’un an qu’on sait ça. Depuis un an, on n'a rien fait pour que ça s’améliore, on n’a pas essayé de trouver des solutions, on a l’impression qu’on devient un pays du tiers-monde", affirme-t-il.

La Fédération française des télécoms continue de travailler au maximum avec le gouvernement pour améliorer les choses. Pour autant, Michel Combot conclut: "On a pris beaucoup de retard."

AB